Dakota et Nadia (Incroyable Talent) très convoités : “On était mal à l’aise”

0
211

Le 23 juin 2020, M6 a donné le coup d’envoi d’Incroyable talent, la bataille du jury. L’occasion pour le public de retrouver Dakota et Nadia, les finalistes d’Incroyable Talent 2018 qui se sont inclinés face à Jean-Baptiste Guégan. Après avoir ému les membres du jury Marianne James, Sugar Sammy, Éric Antoine et Hélène Ségara sur le thème de la violence conjugale, il y a deux ans, le duo a fait son retour avec un tout nouveau thème tout aussi percutant. Purepeople a eu l’occasion de rencontrer les deux candidats afin de revenir sur leur aventure et leurs projets.

À lire aussi

Trois membres du jury ont voulu vous choisir dans leur équipe. Pourquoi avoir préféré celle de Sugar Sammy ?

Nadia : On l’a choisi parce que c’était le juré le plus coriace, donc c’était un défi. Il avait en plus un oeil de producteur.
Dakota : Et il est très franc, quand quelque chose ne va pas, il le dit. Donc s’il valide un numéro, c’est qu’il aime vraiment bien. Il me semble que les prestations qu’il a validées lors des deux dernières saisons sont allées quasiment jusqu’en finale. Et comme on travaille sur notre spectacle, on voulait avoir son avis et des conseils.

Comment avez-vous réagi en découvrant que trois jurés sur quatre souhaitaient vous avoir dans leur équipe ?

Nadia : C’était la panique.
Dakota : On était mal à l’aise aussi, parce qu’on est très proches de tout le monde et on ne voulait pas vexer qui que ce soit. Mais il fallait faire un choix. On a discuté un peu entre nous, on a demandé un peu l’avis de nos amis et Sammy était le meilleur choix selon nous.

Comment vous êtes-vous préparés pour votre prestation ?

Dakota : On s’est beaucoup documentés, on a regardé de nombreux reportages.
Nadia : Après, on a essayé de reproduire des gestes qu’on voyait souvent. Les petits détails font un tout. On a créé cette chorégraphie pour l’émission, elle nous a pris du temps.
Dakota : Au départ, on n’arrivait pas à trouver la musique qui nous parlait vraiment, donc on a créé des petits bouts de chorégraphies sur d’autres sons. Mais dès qu’on l’a trouvée, c’est allé assez vite. On a dû mettre deux-trois semaines pour la finir.

Sugar Sammy vous a-t-il donné des conseils pour votre numéro ou était-il un simple spectateur ?

Dakota : Il a été super parce qu’il nous a fait confiance. Il nous a donné des petits conseils pertinents, mais il ne nous a pas bridés. On a été bien accompagnés, mais assez libres.

Vous avez réussi à fendre son armure, car il était en larmes lors de votre show. Que s’est-il passé dans votre tête quand vous avez vu ça ?

Dakota : On a été surpris. Déjà, il nous a fallu sortir de notre personnage. On ne fait pas que de la danse, on fait aussi de l’acting, donc on doit s’immerger dans nos personnages. Quand on sort de ça, on est un peu vidé. Mais voir toute l’émotion sur le plateau, c’était hyper gratifiant. On avait peur de ne pas être à la hauteur de ce que l’on avait fait l’année dernière. Et voir que l’on a été compris sur un autre sujet que la violence conjugale, ça nous a confortés dans l’idée qu’on pouvait aborder de nombreux sujets, tant qu’on le fait avec sincérité.

Comme vous le disiez juste avant, vous vous mettez dans la peau de vos personnages le temps de l’interprétation. Avez-vous déjà été émus une fois le numéro terminé au point de ne pas avoir le moral ?

Dakota : Ça m’est souvent arrivé de faire des crises d’angoisse.
Nadia : Ça m’est déjà arrivé de fondre en larmes après un numéro parce que je me mets dans un mal inconsciemment. Quand c’est terminé, on se rend compte qu’on était vraiment dans la peau de nos personnages. Ça peut aussi être des crises de panique, mais ça passe après dix-quinze minutes.
Dakota : Concernant la chorégraphie que l’on a faite sur les violences conjugales, c’était dur de me voir être un bourreau. C’est tellement loin de ce que je suis, donc c’était compliqué au début. Après on s’y fait, on dit que ça fait du bien à d’autres personnes.

Quelles ont été les retombées de votre passage dans Incroyable Talent 2018 ?

Dakota : On travaille plus qu’avant, mais uniquement dans l’univers de la danse. Sinon, ça nous a permis de voyager ou de travailler sur notre spectacle.

Pour quand est prévu votre spectacle (l’interview a été réalisée avant le confinement) ?

Dakota : La mise en scène doit être terminée fin avril. Ensuite, on verra où on sera bookés. Pour ne pas trop en dire, je vais juste préciser que le thème, ce sont les relations humaines.
Nadia : C’est un peu un mélange de tous les tableaux qu’on a présentés à la télé. On les a pris pour en faire une histoire. Vivre avec quelqu’un, les petits trucs du quotidien… On abordera tout.

Quel thème que vous n’avez pas encore abordé aimeriez-vous traiter ?

Dakota : Le coronavirus (rires). Non plus sérieusement, le handicap. Beaucoup de personnes pensent qu’il faut être valide pour danser, alors que, pour moi, la définition de la danse, c’est le mouvement.

Entretien exclusif, toute reproduction interdite sans la mention de Purepeople.com.