Daniel Cauchy : Mort de l’acteur et père de Didier Cauchy, Jean-Marie Périer ému

0
490

Avant de s’orienter vers des activités de producteur, Daniel Cauchy avait mené un parcours d’acteur de cinéma à partir du début des années 1950. Après quelques apparitions subliminales, comme dans Le Rideau rouge d’André Barsacq avec Michel Simon et Pierre Brasseur, il avait tenu son premier rôle consistant chez Jean-Pierre Melville dans Quand tu liras cette lettre (1953), au côté d’un trio de protagonistes formé par Juliette Gréco, Yvonne Sanson et Philippe Lemaire, croisant la même année la route de Brigitte Bardot dans Le Portrait de son père d’André Berthomieu. Il allait retrouver Melville trois ans plus tard pour incarner Paulo au côté de Roger Duchesne, le fameux Bob le flambeur (1956), et Berthomieu un peu après, pour En légitime défense, acolyte de Bébert le caïd (Robert Dalban) face à Pierre Mondy et Bernard Blier (qu’il avait déjà croisé dans Le Dossier noir d’André Cayatte en 1954), et Sacrée jeunesse, deux films sortis en 1958.

Vu au cours de la même décennie en sbire de Lino Ventura dans Touchez pas au grisbi (1954) de Jacques Becker, au sein du casting pléthorique du Comte de Monte-Cristo de Robert Vernay (1954), non loin de Micheline Presle dans Les Impures (1955) de Pierre Chevallier ou encore dans Impasse des vertus (1955) de Pierre Méré, Daniel Cauchy avait ensuite continué à collectionné les seconds rôles (et les personnages à seul prénom, voire à sobriquet, à l’image de Marcel dans D’où viens-tu Johnny ? (1963) et Richard – l’un des jeunes “loulous” de Saint-Trop’, au côté de Patrice Laffont – dans Le Gendarme de Saint-Tropez (1964) de Jean Girault) tout en commençant à passer du côté de la production, avec Samedi soir (1961) de Yannick Andréi, puis Ces messieurs de la famille (1968) et Ces messieurs de la gâchette (1970) de Raoul André. Membre de la distribution composée par Edouard Molinaro pour Arsène Lupin contre Arsène Lupin (1963), il a ainsi été producteur de deux autres longs métrages du réalisateur, La Liberté en croupe (1970) et Le Gang des otages (1973), tenant même le premier rôle de celui-là, pour l’une de ses dernières performances d’acteur. Sa dernière apparition à l’écran a eu lieu en 2000 dans Les Acteurs de Bertrand Blier.

Daniel Cauchy était le père de l’acteur Didier Cauchy, vu dans un certain nombre de comédies des années 1990 (Brutus dans le Astérix de Claude Zidi, par exemple) et de manière régulière à la télévision : le capitaine Scandaella dans La Crim’ (1999-2006), Plus belle la vie (2008), Section de recherches (2014)…