Dans le nord de l’Afghanistan, une femme gouverneure enrôle des miliciens contre les talibans

0
30
placeholder

Salima Mazari est assise nonchalamment sur le siège avant du pick-up qui roule à travers un district du nord de l’Afghanistan et diffuse une chanson populaire depuis le haut-parleur placé sur son toit.

Dans ce pays très patriarcal et conservateur, Mme Mazari, l’une des rares femmes gouverneures de district, est en mission pour recruter des gens prêts à combattre les talibans.

“Ma patrie (…), je te sacrifie ma vie”, déclame la chanson. Par les temps qui courent, la gouverneure ne demande pas autre chose à ses administrés.

Les talibans se sont emparés ces trois derniers mois de vastes territoires ruraux lors d’une offensive lancée à la faveur du retrait, quasiment achevé, des forces internationales, présentes depuis 20 ans en Afghanistan.

Dans beaucoup d’endroits, au mode de vie traditionnel, l’arrivée des talibans, avec leurs vues fondamentalistes, n’a pas changé la façon de vivre des gens. Mais à Charkint, un district montagneux et isolé, à environ 75 km au sud-est de Mazar-i-Sharif, la grande ville du Nord, l’enjeu est plus fort.

A 39 ans, la première femme gouverneure de la région avait une bataille à mener avant même que le conflit ne gagne son district.

“Socialement, les gens n’étaient pas prêts à accepter une femme dirigeante”, confie à l’AFP Mme Mazari, la tête recouverte d’un châle décoré de motifs en forme de papillons et les yeux cachés derrière de larges lunettes de soleil.

Elle est aussi membre de la communauté hazara, principalement chiite, de longue date persécutée par les extrémistes sunnites dans ce pays déchiré par les divisions ethniques et religieuses.

– ‘Aucune reconnaissance’ –

Les Hazaras ont souvent été la cible d’attaques menées par les talibans et le groupe État islamique, qui les considèrent comme des hérétiques, la dernière fois en mai à Kaboul où plus de 80 personnes, en majorité des lycéennes, ont été tuées dans un attentat à la bombe visant une école.

La moitié du district de Charkint est déjà sous le contrôle des talibans. Mme Mazari passe donc le plus clair de son temps à essayer de recruter des combattants pour défendre les zones qui ne sont pas encore tombées aux mains des insurgés.

Des centaines d’habitants – agriculteurs, bergers, ouvriers – ont rallié sa cause, souvent en acceptant de tout perdre au passage.

placeholder

“Nos gens n’avaient pas d’armes, mais ils ont vendu leurs vaches, leurs moutons et même leurs terres pour en acheter”, explique-t-elle. “Ils sont sur la ligne de front jour et nuit, sans recevoir aucun salaire ni aucune reconnaissance.”

A en croire le chef de la police du district, Sayed Nazir, la seule raison pour laquelle les talibans ne se sont pas encore emparés du district tient à cette milice populaire.

“Notre réussite est due au soutien des gens”, dit-il, boîtant après avoir récemment été blessé à une jambe lors de combats contre les talibans.

Mme Mazari a jusqu’à présent réussi à recruter environ 600 combattants, qui viennent compléter les forces de sécurité conventionnelles du district.

– Très mauvais souvenirs –

Sayed Munawar, un paysan de 53 ans, est de ceux-là. “Nous étions des artisans et des travailleurs avant qu’ils n’attaquent nos villages”, raconte-t-il à un avant-poste tenu par des policiers et volontaires.

“Ils ont pris un village proche et volé des tapis et des biens (…) Nous avons été forcés d’acheter des armes et des munitions”, ajoute-t-il.

Faiz Mohammad, 21 ans, a fait une pause dans ses études en Sciences politiques pour prendre les armes contre les talibans. Jusqu’à il y a encore trois mois, il n’avait jamais vu le feu. Mais il a depuis livré trois batailles.

“Le combat le plus violent a eu lieu il y a trois nuits, quand nous avons dû repousser sept assauts”, détaille-t-il, encore vêtu en civil et écoutant une mélancolique musique hazara sur un téléphone portable chinois bon marché.

A Charkint, les villageois ont encore de très mauvais souvenirs de ce qu’était la vie sous les talibans, quand ceux-ci étaient au pouvoir entre 1996 et 2001 et imposaient leur version ultra-rigoriste de la loi islamique.

Mme Mazari sait fort bien que s’ils reviennent au pouvoir, ils ne toléreront jamais une femme à son poste.

Sous le régime taliban, les femmes avaient interdiction de sortir sans un chaperon masculin et de travailler, et les filles d’aller à l’école. Les femmes accusées de crimes comme l’adultère étaient fouettées et lapidées à mort.

“Les femmes seront interdites de toute opportunité en matière d’éducation et nos jeunes seront privés de travail”, prédit-elle, tout en préparant dans son bureau avec ses chefs de milice la prochaine bataille à venir.