David Gallienne en finale de Top Chef 2020 : “J’ai envie d’en découdre !”

0
164

Mercredi 17 juin, M6 dévoile la grande finale de Top Chef 2020. Le chef étoilé David Gallienne et Adrien Cachot vont se disputer le fameux titre. Interview de David Gallienne quelques heures avant ce grand moment…

À lire aussi

Que redoutez-vous chez Adrien Cachot ? Grâce à quoi pourrait-il vous battre/gagner ?

Adrien a été l’un des candidats les plus audacieux de cette saison et je m’attends à ce qu’il réalise un menu incroyable ! Avec sa tranquillité et sa force tranquille, c’est un candidat de haute voltige !

Combien de temps avez-vous passé à vous préparer pour cette finale ?

Je vais partir sur des choses que je connais et que je pratique au sein de mon restaurant. Le dessert que vous allez retrouver dans mon menu est l’un des desserts qui a le plus marqué mes clients l’année dernière au sein du Jardin des Plumes. Je l’ai retravaillé et j’y ai apporté une belle touche d’audace.

La pression n’est-elle pas trop grande ?

Oh que si, mais tout ça, c’est du bon stress ! J’ai envie d’en découdre et de me jeter dans l’arène !

Vous êtes le seul chef étoilé de la compétition. N’est-ce pas un risque de participer à Top Chef ?

Oui, mais il faut savoir prendre des risques et se remettre en question dans la vie. Je me devais de représenter au mieux la grande famille du Guide rouge et je me suis donné à fond sur chaque épreuve pour ne pas la décevoir !

Vous avez fait de belles rencontres lors de cette aventure. Pourriez-vous envisager de faire équipe ou d’embaucher un candidat, notamment le jeune Mallory ?

Collaborer avec certains candidats avec grand plaisir, mais je pense qu’aujourd’hui, chacun va voler de ses propres ailes ! Tous les candidats sont des chefs uniques avec une personnalité différente pour chacun, et c’est ce qui fait la beauté de ce concours. Je souhaite à tout le monde de croire en ses projets et en ses rêves et surtout… de les vivre jusqu’au bout !

Vous avez beaucoup oeuvré pendant le confinement pour soutenir le personnel hospitalier. Comment vous est venue l’idée, comme avez-vous fait ? Qu’est-ce que vous retenez de cette expérience ?

Je suis un hyperactif. Par conséquent, je n’aime pas rester les bras croisés à ne rien faire. Il était naturel pour moi de continuer à faire vivre ma passion pour la cuisine avec mon équipe et d’apporter un peu de réconfort à toutes ces femmes et tous ces hommes qui se sont battus sans relâche pour sauver des vies. J’ai fait des rencontres extraordinaires que, peut-être, je n’aurais pas faites auparavant. Il faut savoir que mes parents m’ont éduqué dans le bénévolat depuis tout petit. C’est donc pour moi plus qu’une évidence d’aider mon prochain.

Comment va le restaurant dans lequel vous travaillez en pleine crise du coronavirus ?

Grâce au concours, nous enregistrons beaucoup de réservations, ce qui m’a permis de conserver les emplois de mon établissement. Et c’était ma priorité, car je viens de racheter en janvier le Jardin des plumes à mon ami Éric Guérin. J’avoue que je n’ai pas beaucoup dormi après l’annonce du 15 mars dernier quand j’ai su que nous devrions fermer sans avoir de visibilité sur la suite des événements…

Récemment, un ancien candidat de Top Chef, Julien Duboué, a été contraint de fermer un de ses restaurants. Souhaitez-vous réagir ?

J’ai déjà réagi à ce sujet et je l’ai même contacté personnellement pour le soutenir. Je suis attristé et abasourdi par ce qu’il se passe pour notre profession et, encore plus pour mes confrères parisiens qui ont essuyé les grèves, les gilets jaunes avec les manifestations… Je pense que toutes les assurances devraient prendre ça en considération. Je me doute bien que c’est des milliards d’euros, mais si les compagnies d’assurance et l’État ne nous aident pas, on ne peut pas y arriver ! Et dans toutes les professions, pas que la nôtre, vous savez ce sont des milliers de chômeurs à la fin de l’année qu’il y aura si tout continue comme ça…

Si vous gagniez, qu’allez-vous faire de vos gains ?

Je n’y ai pas forcément encore réfléchi, mais je pense surtout à mes équipes et à mon établissement en premier lieu.

Contenu exclusif ne pouvant être repris sans la mention de Purepeople.com.