Début de Soirée (Stars 80) : C’est la guerre au sein du duo mythique !

0
94

Si Macumba continue à danser tous les soirs, ce sera après un choix terrible ! Les deux membres de l’inoubliable duo Début de Soirée sont encore plus brouillés que les dockers du port qui ne pensent qu’à boire. C’est en tout cas ce qu’affirme Sacha Goëller, auprès de Melody TV, à propos de la fin de leur collaboration. “Nous sommes le 28 juin 2011, il est 23h. Mon téléphone sonne, c’est mon ex-compagnon qui m’appelle pour me dire qu’il arrête le groupe car il veut désormais continuer tout seul”, se souvient l’artiste. William Picard aurait, selon son ancien confrère, un plan en tête depuis de nombreux mois.

À lire aussi

Cette vilaine dispute vient mettre fin à une fière camaraderie qui débutait en 1988 avec le titre Nuit de folie. Mais les décisions professionnelles les plus récentes du duo auraient dû nous mettre la puce à l’oreille. Pendant que l’un est parti en tournée avec “Party 80”, l’autre sévit auprès de la troupe de “Best of 80”. Pour Sacha Goëller, William Picard travaillait sur cette séparation depuis longtemps et aurait “tout organisé” pour pouvoir utiliser leur nom de scène “de façon illicite“. Du Début à la Fin de Soirée, il n’y avait qu’un pas…

J’ai repris le chemin des concerts

En septembre 2018, Sacha Goëller et William Picard reprenaient pourtant leurs plus belles chansons sur la scène de l’Olympia pour le lancement de Lotus Moltonel sans tube. Dans les coulisses, l’ambiance semblait être à la rigolade entre les deux chanteurs qui prenaient très volontairement la pose ensemble. “Nous restons professionnels. On est là pour faire notre travailprécise Sacha Goëller. Moins bien payé que sa moitié pour les mêmes missions, l’artiste a décidé de ne pas se laisser abattre. “J’ai repris le chemin des concerts depuis le mois de juin dernier, avec Broome Productions, conclut-il. Je sillonne toute la France.” L’essentiel, c’est qu’après des années à avoir chanté “et tu tapes, tapes, tapes“, Sacha Goëller et William Picard n’en sont pas venus aux mains..

Yohann Turi