Début vendredi soir du festival de cinéma de Deauville, Johnny Depp attendu dimanche

0
13
placeholder

La 47e édition du festival du cinéma américain de Deauville doit débuter vendredi soir avec la projection de “Stillwater”, déjà présenté à Cannes, et quatre films en compétition ce weekend, dont “Pleasure”, “Blue Bayou” et “Pig”, tandis que Johnny Depp sera présent en tête d’affiche dimanche.

Après une 46e édition bridée par le Covid, la 47e devrait avoir plus fière allure, avec masques et pass sanitaires obligatoires, mais sans jauge. Les organisateurs ont d’ores et déjà annoncé que toutes les places pour vendredi et samedi avaient trouvé acquéreurs dans les trois salles du festival.

Sur les treize films indépendants des studios hollywoodiens en compétition, “j’ai douze équipes de films qui sont présentes, ce qui prouve que les Américains”, quasi absents l’an passé, “n’ont pas peur de venir à Deauville”, a estimé le directeur du festival Bruno Barde, interrogé lundi par l’AFP.

Au total 53 films seront projetés.

Le tapis rouge sera de sortie dès ce soir pour l’ouverture officielle avec la diffusion de “Stillwater” de Tom McCarthy, diffusé à Cannes avec Matt Damon qui incarne un homme taiseux et taciturne qui a longtemps négligé sa famille et qui décide de faire le voyage de l’Oklahoma jusqu’à Marseille pour voir sa fille incarcérée pour meurtre.

Dès samedi matin, les regards devraient être braqués vers deux films en compétition, “Blue Bayou” et “Pleasure”.

Interdit au moins de 18 ans, “Pleasure” est une plongée dans l’univers du X à Los Angeles, avec une jeune Suédoise de 20 ans qui tente d’y faire carrière. “J’ai décidé de me confronter à ce monde. Ça a été une aventure incroyable. J’ai débarqué en pensant que c’était un monde patriarcal, oppressif envers les femmes…et ça l’est”, explique la réalisatrice suédoise Ninja Thyberg, interrogée dans le dossier de presse du film attendu dans les salles françaises le 21 octobre.

Le film du réalisateur américain Justin Chon, “Blue Bayou”, déjà présenté à Cannes dans la catégorie “Un certain regard”, sera également diffusé aux festivaliers samedi: Antonio LeBlanc, né en Corée mais qui a grandi en Louisiane, risque d’être expulsé des Etats-Unis alors qu’il élève une petite fille avec la mère de cette dernière.

– Gainsbourg présidente –

Oliver Stone de son côté viendra défendre samedi, hors compétition, son “JFK L’Enquête” qui n’a pour l’heure pas trouvé de distributeur, malgré sa présentation à Cannes. Dylan Penn évoquera “Flag Day” un film de son père Sean dans lequel elle joue et qui concourait pour la Palme d’Or en juillet.

Johnny Depp, 58 ans, est attendu dimanche dans la station balnéaire normande. L’acteur, qu’une récente saga judiciaire a opposé à un tabloïd sur fond d’accusations de violences conjugales, présentera hors compétition “City of lies” (Ville de mensonges) dimanche soir. Il y joue un policier à la retraite forcée. Le film, qui repose sur un duo avec Forest Whitaker, est sorti directement en DVD.

A noter que pour la quatrième année de rang une femme sera présidente du jury. Après Sandrine Kiberlain (2018), Catherine Deneuve (2019) et Vanessa Paradis (2020), c’est Charlotte Gainsbourg qui apportera son regard sur les œuvres diffusées et les prix qui seront décernés le 11 septembre.

Pour la seconde année consécutive, le festival propose des inédits français. Claude Lelouch présentera ainsi, avec nombre d’acteurs-stars, “L’amour, c’est mieux que la vie”. Le réalisateur a assuré en octobre à RTL qu’il s’agirait de son dernier film. Laure Calamy (César de la meilleure actrice en mars), Christophe Honoré ou encore Yvan Attal feront également le déplacement en Normandie.

Les organisateurs espèrent une fréquentation en nette hausse par rapport aux 38.000 spectateurs de l’édition 2020, a indiqué M. Barde. Les années précédentes, le festival avait attiré environ 60.000 personnes selon les organisateurs.