Delphine Wespiser, son étrange passé de “bébé moche” : “Mes parents n’osaient pas me montrer” (EXCLU)

0
13

Est-ce qu’il y a une certaine pression, en tant qu’ancienne Miss France, à devoir toujours être belle ?

La beauté physique c’est très subjectif. Il y a des gens qui préfèrent les brunes, les blondes, les grandes, les petites. Ce qui est important c’est d’être beau à l’intérieur, et c’est vraiment ça qui rayonne. Le fameux charme dont on parle, c’est le fait de se sentir bien, d’avoir confiance en soi, d’être bien dans ses baskets. C’est ça qui rend une personne belle et lumineuse. Moi, quand je ne suis pas bien, j’essaye de me rebooster. Par mon alimentation, avec des exercices de naturopathie, avec le yoga. J’écris des petits mots. C’est important.

Tu confies, entre deux conseils, des souvenirs d’enfance. Notamment le fait que tu étais un “bébé moche”…

Quand j’étais petite, j’étais recouverte d’eczéma de la tête aux pieds. Mes parents ont décidé de me donner du lait végétal et c’est parti. Ça m’a sauvée. C’est pour ça que je prône les recettes végétales ! C’est bon pour la santé, pour la planète et pour les animaux. Je pense que mes parents ne me prenaient pas beaucoup en photo à l’époque. J’en ai quelques-unes de mon baptême sur lesquelles j’étais effectivement comme un crapaud. Cloquée de partout. Mon père et ma mère n’osaient pas me montrer. À 14 ans, j’ai eu un regain d’eczéma sur tout le corps et je suis allé voir un magnétiseur, qui m’a fait une apposition des mains. Le lendemain, je n’avais plus rien.

Tu te décries comme un véritable “garçon manqué”, comment es-tu es arrivée jusqu’au concours Miss France ?

Quand je dis que j’étais un garçon manqué, c’était à l’intérieur. Si on parle du physique, mes parents m’ont faite avec des traits très féminins. Mais il y avait une différence entre mon enveloppe corporelle et ce qui était à l’intérieur. Au fur et à mesure des années, j’ai dû trouver une cohérence à tout ça. Mais cette cohérence, c’est juste que je suis moi. J’ai les cheveux longs, j’aime me maquiller, mais je peux aussi te rentrer dedans, avoir des attitudes masculines. Et rien de ça n’est grave. Il ne faut pas essayer de changer…

Propos recueillis par Yohann Turi. Toute reproduction interdite sans la mention de Purepeople.com.