Des dizaines de milliers d’Australiens défilent contre les inégalités raciales, en dépit du virus

0
79

Des dizaines de milliers d’Australiens ont manifesté samedi à travers le pays pour dénoncer les inégalités raciales, bravant les consignes du gouvernement et la pandémie de nouveau coronavirus.

Le défilé prévu à Syndey a été autorisé, quelques minutes avant qu’il débute, par une décision de justice, revenant sur une précédente interdiction.

“Le fait qu’ils aient essayé de nous empêcher de défiler, cela donne encore plus envie aux gens de le faire”, a estimé Jumikah Donovan, parmi la foule à Sydney.

Vendredi, le Premier ministre Scott Morrison avait demandé aux manifestants de rester chez eux, en raison de la crise sanitaire: “Trouvons une meilleure manière d’exprimer ces émotions, sans mettre en danger sa propre santé”.

Des manifestants brandissaient des banderoles proclamant “Je ne peux plus respirer”, en référence à George Floyd, un Noir américain de 46 ans asphyxié par un policier blanc à Minneapolis, dont la mort a déclenché un mouvement de protestation historique qui a débordé des frontières de son pays.

En Australie, les organisateurs des manifestations ont expliqué qu’ils souhaitaient aussi dénoncer le taux d’emprisonnement très élevé parmi les Aborigènes, et les morts – plus de 400 ces trente dernières années – de membres de cette communauté alors qu’ils étaient détenus par la police.

Beaucoup de manifestants arboraient des masques de protection et tentaient de respecter les barrières sociales du mieux qu’ils pouvaient.

A Melbourne notamment, les manifestants avaient été prévenus qu’ils risquaient des amendes s’ils ne respectaient pas les mesures de distanciation physique.

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.