Diane (Koh-Lanta, Les 4 Terres) éliminée et “abasourdie” : “Je n’ai pas compris”

0
66

Rien n’est jamais acquis dans Koh-Lanta. Diane, aventurière éliminée vendredi 11 septembre 2020 des 4 Terres, l’a bien compris. Alors qu’elle allait au conseil sereine, elle a finalement dû quitter le jeu ! Pour Purepeople.com, la jolie Béarnaise revient sur son parcours chez les Oranges de l’Ouest, évoquant ainsi ses tensions avec Estelle. Mais ce n’est pas tout : la jolie Diane se livre également sur son couple avec le sportif Thibault Daubagna ou encore sur la mort de son camarade Bertrand-Kamal qui a succombé à un cancer.

À lire aussi

Lorsque Estelle sort son collier, votre sort est déjà scellé… Qu’avez-vous pensé à ce moment ?
Je ne pensais pas du tout que son vote serait dirigé contre moi. En toute sincérité, je pensais qu’elle voterait soit pour Marie-France, soit pour Jody. Dès l’instant où elle a sorti son collier, j’étais abasourdie. Et je me suis dit : “Merde !” Que ce soit Jody ou moi, c’était pareil, on est les mêmes. Je suis restée de marbre, c’était le vide dans ma tête.

Que se passe-t-il dans votre tête lorsque vous comprenez que vous êtes éliminée ?
Ce qu’il faut se dire, c’est que l’aventure est difficile : on a faim, il fait froid, le conseil a lieu la nuit. Et nous, on avait l’habitude de se coucher à l’heure des poules, donc à cela s’ajoute la fatigue. Donc mon élimination, je l’ai prise de plein fouet. J’étais K.O. debout, et ce n’est que quand Denis Brogniart éteint mon flambeau que je comprends que c’est fini pour moi. Je vois tout le monde pleurer, et je m’effondre moi aussi. J’ai eu des mots très durs à ce moment-là, ce sont des mots qui viennent du coeur, venant de quelqu’un qui est désolé de ce qui arrive. On m’a arrachée de ma famille, je n’ai pas pu prévoir ni leur dire au revoir. Et ce qui a été difficile pour moi, c’est que ce soit une seule personne qui choisisse, ce n’est pas évident quand on s’entend bien avec tout le monde. Mes mots envers Estelle étaient durs. Aujourd’hui, je n’utiliserai peut-être pas les mêmes parce que j’ai pris mon goûter (rires).

Estelle n’était pas à la hauteur

Vous dites être tentée de fouiller dans le sac d’Estelle… Avec le recul, que pensez-vous de ce geste ?
Même si je me suis posé la question, c’est quelque chose qui ne fait pas partie de mes principes et de mes valeurs. Ce n’est pas ce qu’on m’a appris. Je ne regrette pas de ne pas avoir fouillé dans son sac. Parce que si c’était à refaire, je ne l’aurais pas fait. Par contre, dans ma tête, je me suis fait 50 scénarios. Les choses auraient pu se passer différemment, j’aurais pu sauver ma place différemment. Mais avec des si, on refait le monde, et je vous refais l’aventure à mon avantage (rires).

Comprenez-vous qu’Estelle ait voulu vous éliminer ?
Sur le coup, elle ne nous avait pas dit qu’elle voulait casser le noyau des jeunes. Je l’ai appris en regardant l’épisode. J’ai été choquée d’ailleurs de voir ça, je ne pensais pas qu’elle avait autant à coeur de dissoudre une bande qui lui avait quand même amené de belles épreuves jusqu’à maintenant. On était aussi quand même débrouillards sur le camp. Je n’ai pas compris.

Elle dit que vous avez eu des mots durs envers elle… Qu’en pensez-vous ?
Et puis par rapport aux paroles peut-être trop dure, j’essayais surtout d’avoir un rôle de médiatrice entre le groupe et elle. Finalement, ça m’a causé défaut vu que je suis éliminée. Peut-être que la communication était difficile, que les mots que j’ai employés n’ont pas été entendus comme je voulais qu’ils le soient, je ne les ai peut-être pas tournés de la bonne façon. Mais en aucun cas ce n’était pour qu’elle se sente mal ou pour la rabaisser, ça ne me ressemble pas.

Que lui reprochez-vous ?
Ce que je lui reproche sur le jeu, c’était de se mettre à l’écart. C’est quelqu’un qui est naturellement solitaire. Nous, on est un groupe très soudé, on la joue très collectif. C’est ce qui fait notre union dès le départ. Estelle, on sent que la collectivité, ce n’est pas trop son truc, c’était difficile de l’intégrer. Peut-être aussi de ne pas communiquer, de ne parler que de son palmarès du passé. Nous, on regarde l’instant T, elle n’était pas à la hauteur sur le camp et les épreuves. Mais je ne lui reproche pas ses performances sur les épreuves, car on a tous des difficultés. Pour moi, c’est facile de parler, car je tire la boule noire. Aujourd’hui, les choses sont apaisées, on voit qu’il y a bien plus grave.

J’ai été choquée par la mort de Bertrand-Kamal

Qu’est-ce qui a été le plus dur pour vous sur le camp ?
Le froid, le soir, était terrible. Malgré la cabane, il y avait un vent vraiment très très froid. Je ne pourrai pas dire les degrés vu qu’on n’avait pas de thermomètre, mais c’était dur. Et avec l’association de la fatigue et la faim, on ressentait d’autant plus le froid. On était frigorifiés, ce n’est pas évident de dormir gelé.

Quel a été votre premier geste au retour ?
D’abord, à l’aéroport, je me suis fait un McDo ! Il fallait bien consoler mon coeur. Et puis quand je suis rentrée, mon copain est venu me chercher. Je lui ai sauté dans les bras, c’était des larmes de joie de le retrouver, de lui faire un gros câlin.

Votre compagnon Thibault Daubagna est rugbyman. Comment vous a-t-il aidée avant Koh-Lanta ?
Je faisais déjà beaucoup de sport en plus de l’équitation. J’ai mes cours de cross fit, j’allais à la salle de sport. Et puis le pauvre, il a des entraînements hebdomadaires déjà conséquents pour qu’en plus il vienne me coacher (rires). Par contre, il a tenu un rôle dans ma préparation mentale. Il est très travail d’équipe, le rugby, c’est un sport collectif. Il m’a amené ce côté plus serein, médiateur même.

Cette aventure a-t-elle changé quelque chose dans votre relation ?
On s’aime plus fort qu’avant ! Ça aurait pu changer s’il m’avait demandée en mariage, mais il ne l’a pas fait ! Il aurait peut-être fallu que je gagne pour qu’il le fasse (rires). J’attends la demande !

Enfin, nous avons appris la triste nouvelle de la mort de Bertrand-Kamal…
J’ai été très surprise et choquée. J’avais connaissance de sa maladie. Je ne l’ai pas beaucoup connu dans l’aventure. Mais sur Koh-Lanta, il y a des liens qui se créent qui sont indéfectibles. On n’est plus des aventuriers, on n’est plus des amis, on est dans une case à part : on est une famille, une grande famille. On est tous en deuil aujourd’hui. C’est une épreuve douloureuse, d’autant plus pour sa famille, son père, sa mère dont il était très proche, son frère et sa soeur. J’aimerais vraiment leur envoyer tout mon soutien, toute ma tendresse dans ce moment injuste et difficile de la vie. Il ne faut pas oublier que Koh-Lanta est un jeu, la réalité nous rattrape.

Contenu exclusif ne pouvant être repris sans la mention de Purepeople.com.