Disparition de Delphine Jubillar : Qu’ont donné les surveillances sur son mari Cédric ?

0
21

Disparue dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020, Cédric a été incarcéré au mois de juin à la prison de Seysses près de Toulouse. Avant cela, l’homme était libre et avait été surveillé de près par la police. Interviewé par BFMTV dans l’émission Pour le meilleur et pour le pire, son avocat Jean-Baptiste Alary raconte…

Dès le premier jour un traqueur a été placé sur le véhicule de Cédric Jubillar. C’est à dire qu’à partir du 16 décembre 2020 on connaît le moindre de ses déplacements. Son téléphone est surveillé H24 et pendant 6 mois aucun déplacement n’a été suspect. Il a 6 mois pour faire disparaître des preuves, remettre une scène de crime en ordre ou que-sais-je. Il ne fait rien.” Convaincu de l’innocence de son client, l’avocat affirme qu’il s’agit là d’une énorme erreur judiciaire.

Mais depuis la disparition de son épouse, Cédric peut avoir un comportement étrange et s’amuse d’ailleurs souvent à dire qu’il est devenu “le mec le plus connu du Tarn” selon le journaliste du Parisien, Ronan Folgoas. Le peintre-plaquiste de 34 ans et papa de deux enfants – Louis et Elyah (6 et 2 ans, depuis placés chez la soeur de Delphine) – ne cesse pourtant de clamer son innocence.

Récemment, de nouvelles recherches ont eu lieu début octobre dans des cavités souterraines pour tenter de retrouver le corps de la jeune femme, sans résultat, rapportait l’AFP. Selon La Dépêche du Midi, les gendarmes ont “fait appel à des gendarmes spécialistes de la spéléologie” pour se rendre dans des endroits normalement inaccessibles. Malheureusement pour le moment, les recherches n’ont pas donné de résultats.

Cédric Jubillar a également été entendu vendredi 15 octobre. Il s’agissait de son premier interrogatoire depuis sa mise en examen. Les deux magistrates en charge de l’affaire depuis fin décembre 2020 avaient déjà interrogé Cédric Jubillar en avril, mais il était alors partie civile.

Cédric Jubillar reste présumé innocent des faits qui lui sont reprochés jusqu’au jugement définitif de cette affaire.