Connectex avec nous

Dons du sang : un risque pour le receveur quand la donneuse est enceinte ?

Pure Santé

Dons du sang : un risque pour le receveur quand la donneuse est enceinte ?

Une nouvelle étude réalisée aux Pays-Bas montre qu’il y aurait un risque plus élevé de mortalité chez les hommes ayant reçu une transfusion de femme tombée enceinte par le passé. Des conclusions controversées.

Le don de globule rouge de donneuses enceintes pourrait être associé à une augmentation de la mortalité chez les receveurs masculins. L’étude, publiée dans le Journal de l’American Medical Association, a analysé les informations de plus de 31 000 personnes ayant reçu des transfusions sanguines aux Pays-Bas entre 2005 et 2015. Ces patients ont bénéficié exclusivement de transfusion de l’un des trois types de donneurs suivant : donneur masculin, donneur féminin avec antécédents de grossesse, et donneur féminin sans antécédents de grossesse. Ils représentaient respectivement 88%, 6% et 6% du panel de donneurs. Les participants ont été suivis en moyenne un peu plus d’un an après leur transfusion.

Pendant la durée de l’étude 13% des participants sont décédés, soit environ 4 000 personnes. Ce nombre était statistiquement plus important pour les hommes, de moins de 50 ans, ayant reçu du sang de femme devenue mère. En revanche, les hommes qui ont bénéficié des transfusions sanguines de femmes qui n’avaient jamais été enceintes n’avaient pas un risque accru de décès par rapport aux hommes ayant reçu des transfusions d’autres hommes. De plus, il n’y avait aucune différence pour les femmes qui avait eu une transfusion d’autres femmes avec ou sans antécédents de grossesse par rapport aux femmes ayant reçu du sang de donneurs masculins.

Des résultats controversés

Même si aucune explication concrète ne permet d’expliquer ses résultats, plusieurs hypothèses ont été avancées. Les chercheurs pensent d’abord que des changements qui surviennent dans le système immunitaire d’une femme pendant la grossesse jouent un rôle important dans l’augmentation du risque de décès. Les anticorps, ou autres facteurs du système immunitaire, pourraient déclencher, par exemple, une affection appelée liaison pulmonaire aiguë qui se produit, dans de rares cas, après une transfusion sanguine.

Dans un éditorial accompagnant l’étude et réalisé par deux médecins n’ayant pas participé à la recherche, ces derniers avouent que les résultats sont ” provocateurs et peuvent avoir des implications cliniques significatives ” et ” d’autres études ont rapporté des données contradictoires “. Ils estiment donc que d’autres recherches sont nécessaires afin de confirmer ces premières observations et de mieux comprendre les éventuels mécanismes sous-jacents. Selon l’ American Scientific , la Croix-Rouge américaine a également déclaré que l’étude n’était pas assez concluante pour modifier la façon dont les donneurs de globules rouges sont actuellement appariés.

Plus dans Pure Santé

Haut