Ed Sheeran, caïd de l’immobilier : le chanteur a payé ses 27 propriétés cash !

0
189

La crise financière qui découle de la pandémie du coronavirus touche déjà énormément de pays à travers le monde. Les poches d’Ed Sheeran, en revanche, ne semblent pas se désemplir. Le chanteur de 29 ans continue carrément d’augmenter le catalogue de ses biens immobiliers. Et pas besoin de demander le moindre prêt à la banque d’Angleterre : l’interprète de Shape of You paye cash ! C’est ce que révèle le Daily Mail, qui précise que l’artiste a récemment complété sa collection en devenant propriétaire de quelques nouveaux appartements.

À lire aussi

Au total, Ed Sheeran dispose de vingt-sept biens, dont des maisons, des manoirs, pour une valeur de 57 millions de livres – l’équivalent britannique de 63 millions d’euros. “Il possède une grande quantité de propriétés, précise une source au journal The Sun. Il n’a pas eu besoin d’emprunter le moindre argent puisqu’il l’avait déjà. Certaines personnes sont obligées de faire une hypothèque, mais Ed a une montagne de cash à la banque, il n’y avait donc aucun intérêt pour lui de les laisser se faire de l’argent sur son dos. Il a juste tout acheté d’un coup.

Il faut dire que le jeune homme n’est pas vraiment dans le besoin. Selon les informations de la Sunday Times Rich List, Ed Sheeran serait à la tête de pas moins de 200 millions de livres. Au mois d’août dernier, le chanteur annonçait qu’il s’accordait une longue pause pour pouvoir lire, écrire, chanter et profiter de son épouse, son amour de jeunesse, Cherry Seaborn. Comme beaucoup de vous le savent, je sillonne le monde avec ce Divide Tour depuis maintenant plus de deux ans et nous sommes arrivés à la fin, expliquait-il. Cela me rend un peu triste. J’adore le fait que vous soyez ici et que la tournée se termine à Ipswich. Mais ceci est mon dernier concert avant probablement dix-huit mois.

Côté finances, ce petit break ne devrait pas le mettre dans le rouge. Non seulement Ed Sheeran a une longueur d’avance, mais il serait sur le point de devenir autosuffisant, c’est-à-dire qu’il subviendrait lui-même à ses propres besoins alimentaires vitaux. L’artiste a par exemple installé une ruche dans sa propriété de 16 hectares située à Suffolk, dans l’Est du pays, où il fait déjà pousser ses légumes, possède un verger et élève son propre bétail. Comme le disait Voltaire : pour vivre heureux, “il faut cultiver notre jardin“…