Eddy Mitchell – Père “pas souvent à la maison” mais “cool” : confidences avec son fils

0
82

Eddy Mitchell se raconte dans un ouvrage où il revient sur sa vie et sa carrière, livrant anecdotes et détails parfois croustillants, notamment sur ses proches. Interrogé par Le Parisien, Claude Moine de son vrai nom, a ainsi raconté comment sa notoriété avait joué sur sa vie de famille. Mais que l’interprète de Couleur menthe à l’eau se rassure : ses enfants n’ont pas de griefs contre lui.

À lire aussi

Eddy Mitchell est le papa d’Eddy (né en 1962) et Marilyn (née en 1965), deux enfants issus de son premier mariage avec Françoise Lavit, ainsi que de Pamela (née en 1982), fruit de son second mariage avec Muriel Bailleul. Des enfants qui ont parfois souffert de l’absence de leur père, très pris par sa carrière, mais qui gardent des bons souvenirs. “Ce n’était pas toujours facile avec ma soeur d’être vus comme des fils et fille de, mais on faisait tout pour passer inaperçus et notre père a tout fait pour nous protéger. On allait comme tout le monde à l’école à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis), où nous habitions“, a confié son fils au journal.

Contrairement à d’autres stars, le chanteur n’a pas envoyé ses enfants dans des pensionnats hors de prix à l’autre du bout du monde ou dans des écoles privées huppées. D’ailleurs, quand il avait du temps libre, il le mettait à profit avec ses enfants en leur faisant découvrir des films au cinéma comme son père l’avait fait avec lui ou grâce à une salle de projection à la maison – “on en a bien profité“, admet son fils Eddy – ou encore en leur faisant écouter des chanteurs, de Sinatra à Cochran, ou découvrir le plaisir de la lecture dans “son énorme bibliothèque de bandes dessinées“.

Eddy Mitchell, qui prépare un prochain disque country, a ainsi toujours accordé à sa famille l’importance qu’elle méritait, essayant tant bien que mal de mener de front sa carrière d’artiste et sa vie de père. En regardant dans le rétroviseur, le fier larron des Vieilles Canailles se décrit ainsi comme papa : “Plutôt cool, je crois. Quand vous n’êtes pas souvent à la maison, vous ne faites pas chier le monde quand vous revenez.