Connect with us

EN DIRECT DE CANNES. Christophe Guillarmé : « La star la plus cauchemardesque à habiller ? Courtney Love. »

Pure People

EN DIRECT DE CANNES. Christophe Guillarmé : « La star la plus cauchemardesque à habiller ? Courtney Love. »

On le connaît comme LE styliste des stars. Autant dire qu’à Cannes, nous nous devions de rencontrer Christophe Guillarmé.

Qui as-tu habillé cette année pour le Festival ?

C’est très varié. L’ex-miss Delphine Wespiser par exemple mais aussi des égéries internationales comme Paris Hilton, la socialite Hofit Golan, l’influenceuse brésilienne Chris Pitanguy, la comédienne hongkongaise Anita Chui, ou encore l’actrice mexicaine Patricia Contreras, qui a eu un tout petit bout du sein qui est sorti de sa robe (voir notre diapo). Ce n’était rien mais finalement, ça nous a valu une presse incroyable !

Les fails de tapis rouge peuvent être positifs alors ?

Oui, quand c’est fait de manière super glam’, il n’y aucun problème. Au contraire. Aujourd’hui, tout le monde veut non seulement monter ces marches mais aussi avoir son quart d’heure warholien sur le tapis rouge. Les réseaux sociaux sont tellement importants que tout prend une proportion énorme, même un truc ridicule. Et un petit fail raconte une histoire finalement.

Quels sont les fashion faux-pas à éviter à Cannes ?

La vulgarité. On peut être hyper-sexy sans être vulgaire. Et puis avec des matières nobles, tout passe mieux. On a vu Kendall Jenner avec sa robe ultra-transparente, recouverte de cristaux Swarovski (voir diapo). C’est très osé, sur le fil du rasoir, mais ça passe.

Une tenue too much cette année ?

Peut-être Elena Lenina (voir diapo). C’est la désespérée du tapis rouge ! Elle est tellement prête à tout pour qu’il se passe quelque chose que c’est du carnaval, du cirque. Je ne comprends pas l’intérêt. C’est le couac du système. Elle veut être dans toutes les rubriques « les plus mal habillées » !

Et le combo robe-rangers de Marion Cotillard (voir diapo), tu valides ?

Mais Marion peut tout se permettre ! Elle a une telle actu en tant que comédienne… C’est d’ailleurs ce qui fait que la mode n’est pas un art : elle est tributaire d’un moment et d’une personne. Oui, il y a des pièces de couture extrêmement belles mais une tenue de mode ne peut pas rester une œuvre d’art dans le temps. Un beau moment de mode, c’est une personne dans un lieu avec une robe. Dans un autre lieu et sur une autre personne, la même robe peut être horrible.

Habiller une star à Cannes, ça se prépare très à l’avance ?

Beaucoup est préparé en amont. Mais 60% des choses prévues ne se font pas ! Les stars ont réservé plusieurs tenues, elles annulent leur venue etc… En revanche, il y a aussi les bonnes surprises du Festival. Comme Paris Hilton cette année, qui m’avait réservé six robes.

Quelle est la star que tu es le plus fier d’avoir habillée à Cannes ?

L’année dernière, j’ai eu un beau moment avec Lindsay Lohan pour le gala de l’AMFAR (voir diapo). Elle m’a fait demander la veille dans sa villa et tout s’est fait en deux temps, trois mouvements. On a imaginé un remake de Grace Kelly dans le film Fenêtre sur cour, avec des tissus contemporains. Et comme c’est quelqu’un qui a eu beaucoup de bas, que l’on n’avait pas vu depuis longtemps sur un gros tapis rouge, on en a beaucoup parlé. Les gens se sont rendu compte qu’elle manquait.

Et la plus pénible ?

Il y a quelques années, j’ai eu Courtney Love. Et autant Lindsay Lohan avait été un ange, par rapport à sa réputation, autant ce n’était pas une blague pour Courtney ! Elle avait fait venir plusieurs designers au Majestic. Elle n’y avait d’ailleurs même pas de chambre, et bloquait tout avec ses trois voitures. Et une fois dans l’hôtel, elle commence à jeter les robes dans tous les sens. Le tout, en culotte, les seins à l’air ! Et sans maquillage, alors qu’elle en a besoin… (Rires.) A un moment, elle regarde mes tenues et elle lâche un « not that bad ! » (« pas si mal »). C’était censé être un compliment ! Le pire, c’est qu’elle avait déjà sa robe, qu’elle a portée sur le tapis rouge même pas repassée. Elle voulait juste embêter le monde…

Une star avec qui tu rêverais de travailler ?

Halle Berry. Parce que c’est la première noire américaine à avoir eu un Oscar. Et j’ai toujours adoré son histoire, son look, sa coiffure. Elle a un côté à la fois très sauvage et sophistiqué.

Tu te verrais habiller des politiques ?

Non. Je trouve que c’est à double tranchant. La barrière entre le show business et la vie politique doit être respectée. J’ai pourtant eu des demandes de responsables qui voulaient venir à des défilés mais tout est récupéré. Et je crois que les gens qui s’intéressent à la mode ou à mon travail n’attendent pas ça. On me demande juste de faire des robes. De toute façon, dès que les gens exposés médiatiquement s’engagent politiquement, c’est souvent catastrophique derrière ! En revanche, j’ai habillé Julie Gayet. Mais c’était en tant que comédienne, pour le Festival de Marrakech, et avant la révélation de sa relation avec François Hollande. Elle était très sympa d’ailleurs. Aujourd’hui, c’est sans doute plus compliqué de l’habiller, avec toute cette pression médiatique.

Il y a des gens que tu refuses de recevoir ?

En ce moment, toutes les stars issues de programmes de téléréalité trop trash. S’il n’y a pas un vrai travail derrière, c’est difficile.

More in Pure People

To Top