En pleine détresse sanitaire, la Birmanie marque l’anniversaire des six mois du coup d’Etat

0
27
placeholder

Terrifiés par la répression de la junte et la flambée de coronavirus, très peu de Birmans osent descendre dans la rue dimanche pour marquer l’anniversaire des six mois du coup d’Etat qui a plongé le pays dans le chaos.

Une semaine après avoir annulé le résultat des législatives de 2020, remportées massivement par le parti d’Aung San Suu Kyi, le chef de la junte, Min Aung Hlaing, a pris la parole pour promettre la tenue d’un nouveau scrutin “d’ici août 2023”.

“Nous travaillons à établir un système multipartite démocratique”, a assuré le général, alors que Suu Kyi, 76 ans, entame son septième mois assignée à résidence.

Sur les réseaux sociaux, de jeunes opposants ont exhorté à la chute du régime.

“Je promets de combattre cette dictature aussi longtemps que je vivrai”, “Nous ne nous agenouillerons pas sous les bottes des militaires”, ont-ils affirmé, faisant le salut à trois doigts en signe de résistance.

De petites manifestations ont été organisées, comme à Kaley (ouest) où des habitants ont défilé sous des banderoles en hommage aux prisonniers politiques: “les chants des détenus sont des forces pour la révolution”, pouvait-on lire sur l’une d’entre elles.

Mais la majorité des Birmans restaient enfermés chez eux, terrorisés par la violence des forces de sécurité et la flambée épidémique.

Le Royaume-Uni, l’ancienne puissance coloniale, a averti les Nations Unies que la moitié de la population, soit environ 27 millions de personnes, pourrait être infectée par le Covid-19 dans les deux prochaines semaines, qualifiant la situation de “désespérée” et exhortant le Conseil de sécurité à agir pour permettre la livraison de vaccins.

L’ONU estime que seuls 40% des établissements de soins du pays sont encore fonctionnels alors qu’une grande partie du personnel médical est toujours en grève pour protester contre le coup d’Etat.

Certains soignants, visés par des mandats d’arrêt, sont en fuite, d’autres sont déjà sous les verrous.

L’armée birmane “utilise le Covid-19 comme arme contre la population”, a récemment déclaré Susanna Hla Hla Soe du gouvernement d’unité nationale, mis en place par des opposants dans la clandestinité.

Le corps médical n’est pas le seul visé. En six mois, 940 civils ont été abattus par les forces de sécurité, dont 75 mineurs, des centaines ont disparu et plus de 5.400 sont derrière les barreaux, d’après une ONG de surveillance.

– “Crimes contre l’humanité ” –

“Meurtres, disparitions forcées, actes de torture, viols (…) ces attaques contre la population s’apparentent à des crimes contre l’humanité pour lesquels les responsables doivent être amenés à rendre des comptes”, a relevé samedi Brad Adams, directeur pour l’Asie d’Human Rights Watch.

Malgré la dureté du régime, la résistance s’organise.

Les grandes manifestations pacifiques ont laissé place à une riposte armée conduite par des milices citoyennes, les forces de défense du peuple (PDF).

Certaines mènent une guérilla urbaine, d’autres ont trouvé refuge au nord et à l’est du pays dans des territoires contrôlés par des factions ethniques rebelles qui les entraînent et lancent leurs propres opérations contre les militaires.

Ces différentes mouvances restent autonomes les unes des autres pour maintenir un maximum de fronts ouverts.

Toutefois, “il y a un esprit d’unité fort contre l’armée et pour une Birmanie fédérale. C’est totalement nouveau dans le pays”, dominé depuis son indépendance en 1948 par des conflits interethniques, souligne Françoise Nicolas, directrice Asie à l’Institut français des relations internationales.

– Juteux profits –

placeholder

Si sur le plan militaire la junte est déstabilisée par ces groupes d’insurgés, elle garde la main sur le plan économique.

Elle gère de nombreuses entreprises, de la bière aux pierres précieuses, et a repris le contrôle depuis le putsch sur le gaz naturel qui représente une rente annuelle d’environ 1 milliard de dollars.

Les sanctions financières mises en place par les Etats-Unis, l’Union européenne et le Royaume-Uni n’ont pas fait plier les généraux, protégés par leurs alliés chinois et russes.

Et la résolution de l’Assemblée générale de l’ONU, adoptée fin juin pour appeler “tous les États membres à empêcher l’afflux d’armes” vers le pays, n’est pas contraignante.

Inculpée d’une multitude d’infractions (importation illégale de talkies-walkies, corruption, sédition… ), Aung San Suu Kyi, risque, elle, de longues années de prison.

Un premier procès, dénoncé comme “une parodie de justice” par de nombreux observateurs, s’est ouvert mi-juin.