En Russie, verdict attendu pour un Américain accusé d’espionnage

0
97

La justice russe doit rendre lundi son verdict dans le procès de l’Américano-britannique Paul Whelan, un ancien marine qui risque jusqu’à 20 ans de prison pour espionnage.

L’audience doit se tenir dans un tribunal de Moscou à huis clos, car M. Whelan est accusé d’avoir voulu obtenir des secrets d’Etat. Elle devrait commencer à 08H00 GMT.

Cet homme de 50 ans, qui a aussi les citoyennetés canadienne et irlandaise, avait été arrêté en 2018 en plein “acte d’espionnage”, selon les services de sécurité russes, le FSB.

Mais Paul Whelan clame depuis son innocence.

“La Russie a cru avoir attrapé James Bond en mission. En réalité, ils ont enlevé Mr Bean en vacances”, avait-il affirmé.

M. Whelan soutient avoir été piégé par une de ses connaissances qui lui a transmis une clé USB contenant ce qu’il pensait être des photographies prises pendant un séjour précédent en Russie en sa compagnie.

-18 ans de camp-

Le parquet russe a requis fin mai contre lui une peine de 18 ans de prison dans un “camp à régime sévère”, un peu moins que la peine maximale de 20 ans prévue pour ces accusations.

L’affaire de Paul Whelan est l’une des nombreuses sources de tensions entre Moscou et Washington.

Elle s’ajoute aux différends sur le conflit ukrainien, à la guerre en Syrie et au maintien de la parité stratégique entre les deux grandes puissances.

L’ambassadeur américain à Moscou, John Sullivan, dénonce un procès non-équitable et peu transparent. “C’était secret, aucune preuve n’a été produite”, a-t-il dit, cité par la porte-parole de l’ambassade américaine sur Twitter.

Le mois dernier, le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo avait demandé la libération de Paul Whelan.

Selon l’avocat de l’accusé, Vladimir Jerebenkov, le procureur est convaincu que Paul Whelan est “un officier – au moins un colonel – de l’agence de renseignement de la Défense américaine”.

La famille du détenu a affirmé qu’elle considérait sa condamnation comme “une fatalité”, soulignant qu’elle ne serait pas “basée sur des faits”.

Directeur de la sécurité d’un fabricant américain de pièces détachées dans le secteur automobile, Paul Whelan assure qu’il était en Russie pour un mariage au moment de son arrestation.

-Echange-

Son avocat a évoqué l’idée qu’il soit échangé contre d’autres prisonniers, mais cette possibilité a été rejetée fin novembre 2019 par l’ambassade américaine à Moscou.

Dans un communiqué, son frère jumeau, David Whelan, a dit espérer qu’une condamnation permettrait à Washington et à Moscou de “commencer à discuter immédiatement de la libération de Paul”.

Paul Whelan et ses proches font valoir qu’il n’a pas été correctement soigné d’une hernie en prison et qu’il a subi de mauvais traitements de la part de ses geôliers.

En octobre dernier, Paul Whelan avait ainsi affirmé avoir été “menotté, maintenu au sol par un gardien, menacé d’un pistolet par un autre gardien et agressé”, des accusations rejetées par la Russie.

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.