Énora Malagré franche sur sa maladie, ses amours et Cyril Hanouna

0
111

Sa pièce de théâtre La Dame de chez Maxim, son rôle de chroniqueuse télé dans Bons Baisers d’Europe (France 2), son média en ligne La WTF (Women Trend Family)… Énora Malagré a un emploi du temps bien chargé ! La jolie blonde de 38 ans trouve tout de même le temps de se lancer dans de nouveaux projets au cinéma, mais pas seulement. Vendredi 15 mars 2019, dès 20h55, elle sera aux commandes pour la deuxième fois du magazine mode My Street Fashion Week sur Elle Girls TV ! À cette occasion, Énora Malagré a répondu à nos questions.

À lire aussi

Quel est le concept de votre émission mode ?
C’est une émission sur la Fashion Week. J’avais fait un premier numéro il y a quelques mois, on en fait un deuxième. J’ai collaboré avec Justine Fraïoli sur cette émission, elle m’a produite. Comme la première fois était très sympa, là, du coup, on a voulu en refaire une avec un focus sur une artiste que j’adore, quelque chose de plus urbain. C’est un magazine sur la mode. Ce qui est un peu nouveau, c’est les artistes dont on parle et la manière dont on en parle. Parmi plein d’autres thèmes inhérents à la mode, on a choisi notamment de faire un focus sur une artiste qui s’appelle Andrea Crews. C’est une artiste assez underground dont les médias parlent peu et que moi j’affectionne tout particulièrement. À part ça, il y a plein plein de choses comme des trucs et astuces sur la mode.

Vous êtes également chroniqueuse dans “Bons Baisers d’Europe” depuis octobre dernier, quel bilan dressez-vous ?
Ça se passe super bien, je suis très heureuse. Ça va continuer, on est très contents. C’est compliqué pour l’émission parce qu’on est très souvent déprogrammés à cause des événements sportifs. Et puis il y a eu aussi les manifestations des gilets jaunes, c’était important et les gens ont peut-être moins regardé la télé le samedi après-midi. Mais à part ça, ça se passe très bien, la chaîne est très contente, on est tous très contents. Ça me passionne, on voyage en Europe, on parle de l’Europe, c’est super.

Avez-vous d’autres projets en vue ?
Oui mais je ne peux pour l’instant pas en parler. J’ai tellement de projets. J’adorerais en parler mais je ne peux vraiment pas. Je peux juste dire qu’il y a plein de belles choses à venir et que cette année est riche en nouveautés pour moi. Je suis très contente de cette nouvelle page que je suis en train d’écrire, le chemin est joli. Car ça n’a pas été évident d’en réécrire une nouvelle et je n’aurais jamais imaginé le faire avec tant de facilité et de kiff. Je suis très très heureuse, il était temps.

Avant ça, vous étiez connue comme “la grande gueule de TPMP“. Estimez-vous avoir réussi aujourd’hui à vous détacher de cette image ?
Je ne sais pas. C’est à vous de me le dire. C’est la presse qui fait et défait les réputations. Je fais quasiment un autre métier. Après, c’est surtout que je suis moi-même maintenant et je ne sais pas du tout si ce moi-même est différent pour les gens. En tout cas, moi je me trouve un peu plus cohérente avec ce que je suis, tout en étant très fière d’avoir fait ce que j’ai fait avant avec Cyril Hanouna.

Avec du recul, regrettez-vous votre expérience dans TPMP ?
Je ne regrette absolument pas, il manquerait plus que ça ! J’ai participé à l’émission qui a le plus cartonné ces dernières années. Je me suis éclatée avec Cyril Hanouna. Ce que je regrette, c’est ce que la presse a fait et la façon dont j’en ai pris souvent plein la tronche. Mais ça c’est autre chose, et c’est le jeu ma pauvre Lucette ! Si c’était à refaire, je referais tout pareil en pire (rires) ! Bien sûr, je referais tout pareil, ça fait quinze ans que je fais ce métier, je trouve ça pas mal. Pour l’instant, j’arrive encore à trouver du travail, c’est chouette.

Quels rapports entretenez-vous aujourd’hui avec l’équipe et Cyril Hanouna ?
Ça fait quinze ans donc oui évidemment Cyril Hanouna est un ami. Mais je ne vais pas parler de Touche pas à mon poste, on s’en fout en fait. C’est le passé. On ne va pas à chaque fois me parler de TPMP. Cyril est mon ami, il le sera toujours et voilà, c’est tout ce que j’ai à dire.

Dans l’émission, on évoquait par moment la vie privée des chroniqueurs. On a ainsi suivi vos amours… Où en êtes-vous aujourd’hui ?
Vous n’en saurez rien mais je suis très heureuse. Je n’en parlais pas, on me faisait en parler dans Touche pas à mon poste. Maintenant que je n’y suis plus, vous pensez bien que… Et puis à mon avis, ça n’intéresse personne.

Vous avez également évoqué votre maladie, l’endométriose. Comment allez-vous de ce point de vue ?
J’en parle volontiers pour aider les jeunes filles qui souffrent comme moi de cette satanée maladie qui touche une femme sur dix. Quelle saloperie… Je suis très fière et contente d’en avoir parlé, il faut le faire. Il faut dire aux gamines de consulter dès que leurs règles sont très douloureuses. Ce n’est pas évident, tout ce qui touche aux règles, au vagin, aux maladies de filles, on a honte, on n’ose pas en parler.

L’hystérectomie est-elle toujours envisageable pour vous ?
Cette merde qu’est l’endométriose me pourrit la vie. L’hystérectomie, j’oublie parce que j’ai vu un autre gynéco. Je n’en ai pas que dans l’utérus, j’en ai ailleurs. Donc j’aurais beau enlever l’utérus, j’aurais toujours de l’endométriose. Je crois que ce n’est pas une solution même si des fois j’ai tellement mal.

Vous aviez parlé d’une procédure d’adoption mise en place…
Je n’en parle pas. J’ai fait une connerie, je ne veux plus en parler.

Retrouvez Énora Malagré dès 20h55 ce vendredi 15 mars 2019 sur Elle Girls TV pour son émission My Street Fashion Week !

Contenu exclusif ne pouvant être repris sans la mention de Purepeople.com.