Erdogan accueille Poutine et Rohani pour un sommet sur la Syrie

0
60

Le président turc Recep Tayyip Erdogan accueille lundi ses homologues russe et iranien à Ankara pour un nouveau sommet sur la Syrie, qui devrait être dominé par l’offensive du régime de Damas sur le dernier bastion rebelle d’Idleb.

La réunion tripartite devait débuter à 15H30 (12H30 GMT) après des entretiens bilatéraux entre les dirigeants dans la capitale turque, où Hassan Rohani et Vladimir Poutine ont atterri respectivement dimanche soir et lundi.

Il s’agit du cinquième sommet depuis 2017 entre M. Erdogan, dont le pays soutient l’opposition syrienne, et MM. Poutine et Rohani, garants du régime de Damas.

Au moment où la victoire de Bachar al-Assad semble de plus en plus acquise, la priorité pour Ankara est de se prémunir d’un nouvel afflux massif de réfugiés en provenance d’Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie.

Malgré des appels à un cessez-le-feu durable, cette zone, où vivent environ 3 millions de personnes, est sous le coup d’une offensive du régime syrien.

Ankara y dispose, en vertu d’un accord conclu l’année dernière avec Moscou, de douze postes d’observation dont l’un est désormais encerclé par les troupes de Damas.

L’objectif du sommet est d’examiner “les développements en Syrie, à Idleb en particulier, mais aussi les démarches à faire conjointement dans la période à venir pour la cessation du climat de conflit, la mise en œuvre des conditions nécessaires pour le retour volontaire des réfugiés et l’instauration d’une solution politique”, a déclaré la présidence turque dans un communiqué.

Des bombardements sporadiques se poursuivent à Idleb, malgré un fragile cessez-le-feu décrété le 31 août, à l’issue de quatre mois de bombardements du régime et de l’allié russe qui ont tué, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), plus de 960 civils.

“Dans cette zone, un grand nombre de terroristes sont toujours présents (…), et des combattants continuent de tirer sur les positions des forces gouvernementales”, a déclaré vendredi le conseiller du Kremlin, Iouri Ouchakov.

Affirmant qu’une grande partie des problèmes de la Syrie avaient été résolus, M. Rohani a également souligné avant de s’envoler pour Ankara qu’Idleb était l’un des principaux enjeux de ce sommet.

– “Questions non résolues” –

Il a également évoqué l’est de l’Euphrate, où la Turquie a conclu avec les Etats-Unis un accord y prévoyant la mise en place d’une zone tampon qui séparerait la frontière turque des zones syriennes contrôlées par une milice kurde, appuyée par Washington mais considérée comme “terroriste” par Ankara.

L’un des objectifs de cette “zone de sécurité” pour Ankara est de pouvoir y renvoyer une partie des plus de 3,6 millions de réfugiés syriens installés en Turquie.

Moscou souhaite avancer sur la création d’un comité constitutionnel chargé de la rédaction de la constitution pour l’après-guerre.

Cela accorderait à M. Poutine une victoire politique à ajouter à ses succès militaires, estime Dareen Khalifa, analyste à l’International Crisis Group.

Même s’ils réussissent à se mettre d’accord sur la composition du comité, “cela laisse de nombreuses questions non résolues sur l’avenir du processus politique, y compris la capacité et la volonté du régime d’entreprendre toute forme de réforme politique”, tempère Mme Khalifa.

Une déclaration commune doit être publiée à l’issue du sommet.

Le régime Assad a reconquis environ 60% du territoire syrien avec l’appui militaire de Moscou, de l’Iran et du Hezbollah libanais. Outre le secteur d’Idleb, les vastes régions aux mains des forces kurdes lui échappent dans l’est du pays.

Le sommet d’Ankara survient dans un contexte de tensions exacerbées entre l’Iran et les Etats-Unis, qui ont imputé à Téhéran la responsabilité d’une attaque de drones menée samedi contre des installations pétrolières saoudiennes, revendiquée par des rebelles yéménites.

Les Etats-Unis se sont dits dimanche “prêts à riposter” à cette attaque, qui a entraîné une réduction de moitié de la production pétrolière de l’Arabie et provoqué une forte hausse des cours de l’or noir.

Moscou a pour sa part appelé lundi à “ne pas tirer de conclusions hâtives” de cette attaque.

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.