Espagne: une attaque plus importante se préparait, avoue un suspect

0
851

L’un des quatre suspects encore en vie des attentats en Catalogne, Mohamed Houli Chemlal, a admis devant un juge mardi que la cellule préparait un attentat de plus grande envergure, a-t-on appris de source judiciaire.

Le suspect a confirmé devant le juge d’instruction ses déclarations en garde à vue, selon lesquelles la cellule préparait un attentat plus important que les deux attaques de Barcelone et Cambrils, jeudi et vendredi. Elles ont fait 15 morts et plus de 120 blessés.

Mohamed Houli Chemlal blessé dans la déflagration de la maison d’Alcanar où la cellule aurait préparé les attaques, est à ce titre un suspect clef pour les enquêteurs: il est le seul en vie dont on sait avec certitude qu’il avait séjourné dans cette maison et qui puisse raconter ce que les suspects y faisaient.

«Sur les quatre personnes que nous avons en garde à vue, évidemment toutes sont interrogées et certains ont apporté des informations intéressantes», avait déclaré dimanche le chef de la police de Catalogne, le major Josep Lluis Trapero, laissant entendre que certains des détenus avaient parlé.

Jusqu’à lundi, la police catalane s’était d’ailleurs bien gardée de révéler son identité et elle était restée très discrète sur lui.

Sous les décombres, les policiers avaient découvert 120 bombonnes de gaz et des traces de substances habituellement utilisées pour fabriquer du TATP, un explosif prisé par le groupe État islamique (EI) qui a revendiqué les attentats.

Selon la police l’explosion a peut-être privé les auteurs des attaques des moyens de perpétrer des attentats beaucoup plus sanglants.

L’AFP n’était pas en mesure mardi de contacter l’avocat du prévenu, commis d’office, et dont l’identité n’a pas été diffusée par la justice.

Qui sont les 12 membres présumés de la cellule djihadiste?

Les douze membres de la cellule djihadiste tenue pour responsable des attentats en Catalogne, qui ont fait 15 morts et plus de 120 blessés, sont «détenus ou morts», selon la police.

Parmi eux figurent au moins huit Marocains et un Espagnol.

Aucun des hommes arrêtés et des auteurs présumés abattus n’était connu des services de police pour des faits en lien avec le terrorisme, mais certains avaient des antécédents judiciaires pour des faits de délinquance ordinaire.

Quatre suspects encore en vie

– Driss Oukabir, un Marocain âgé de 27 ou 28 ans, a été arrêté jeudi à Ripoll, petite localité au pied des Pyrénées. Son passeport a été retrouvé par la police dans la camionnette qui a foncé sur la foule à Barcelone. Il assure que ses papiers ont été dérobés.

– À Ripoll aussi ont été arrêtés Salh el Karib, ami de Driss et gérant d’un commerce proposant des appels à l’étranger, qui serait âgé de 34 ans selon la presse, et Mohammed Aallaa, 27 ans, tous deux Marocains.

– Mohamed Houli Chemlal, 21 ans, un Espagnol né à Melilla (ville sous administration espagnole dans le nord du Maroc, NDLR), a été arrêté à Alcanar, après avoir été blessé dans l’explosion dans la nuit de mercredi à jeudi de la planque des assaillants à 200 km au sud-ouest de Barcelone.

Les quatre suspects ont été présentés au juge mardi matin.

Assaillants abattus par la police

Cinq hommes ont été tués dans la nuit de jeudi à vendredi à Cambrils, après avoir foncé sur un barrage de police installé dans cette station balnéaire.

Ils sont descendus de la voiture, une Audi A3, portant de fausses ceintures d’explosifs et armés de couteaux et d’au moins une hache avant d’être abattus.

Il s’agit de Moussa Oukabir, 17 ans; Mohamed Hichamy, 24 ans, et son frère Omar Hichamy, mineur également; Saïd Aallaa, 18 ans, et Houssaine Abouyaaqoub sont aussi dans ce groupe.

Ils habitaient tous à Ripoll et sont Marocains.

Un policier a abattu quatre d’entre eux. Le cinquième assaillant est parvenu à poignarder une femme qui succombera à ses blessures, avant de mourir sous les tirs d’un policier.

Le Marocain Younès Abouyaaqoub, le conducteur de la camionnette de Las Ramblas, devenu pendant quelques jours l’homme le plus recherché d’Espagne, a lui été abattu lundi après-midi à Subirats, à 50 kilomètres à l’ouest de Barcelone après quatre jours de cavale.

Le jeune homme de 22 ans, né à Mrirt au Maroc, mais ayant grandi aussi à Ripoll, a été tué lundi après avoir crié «Allah est grand».

Les jihadistes morts dans l’explosion d’Alcanar

L’imam marocain Abdelbaki Es Satty, âgé d’une quarantaine d’années, a été tué dans l’explosion suivie d’un incendie de la maison d’Alcanar, où la cellule est soupçonnée d’avoir cherché à confectionner des engins explosifs pour commettre «un ou plusieurs attentats» à Barcelone.

Abdelbaki Es Satty, qui a vécu plusieurs années à Ripoll où il enseignait le Coran à tous ces jeunes, avait fait de la prison pour trafic de drogue de 2010 à 2014, et a séjourné en Belgique, dans la commune de Machelen près de Bruxelles, «entre janvier et mars 2016».

D’autres restes humains ont été retrouvés à Alcanar, mais n’ont toujours pas été identifiés.

La police pense que Youssef Aallaa, identifié comme membre de la cellule par la police, a été lui aussi tué dans l’explosion de la maison. Ses restes enfouis sous les décombres doivent encore être formellement identifiés.

AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.