Etats-Unis: Le Congrès enquêtera sur les cyberattaques russes pendant l’élection

0
535

Les chefs du Congrès américain ont annoncé lundi le lancement prochain d’une enquête parlementaire sur les interférences russes dans l’élection américaine, mais Donald Trump continuait de rejeter l’idée que la Russie de Vladimir Poutine soit intervenue pour l’aider à battre Hillary Clinton.

La CIA a conclu dans un rapport secret révélé vendredi par le Washington Post que la Russie était intervenue par ses cyberattaques dans la campagne électorale dans le but précis d’aider Donald Trump à être élu, et non dans le but plus général de troubler le bon déroulement de l’élection.

Mais le successeur de Barack Obama, qui prendra ses fonctions le 20 janvier, rejette avec force cette conclusion, jetant l’opprobre sur un service de renseignement à la réputation entachée par ses rapports erronés après le 11 septembre 2001 sur les liens entre Saddam Hussein et Al-Qaïda.

Donald Trump l’a dit à plusieurs reprises en interviews, et à nouveau sur Twitter lundi.

« À moins que vous ne preniez les pirates en flagrant délit, il est très difficile de déterminer qui a piraté. Pourquoi cela n’a-t-il pas été publié avant l’élection ? », a-t-il écrit.

Donald Trump ne cache pas ses affinités avec Vladimir Poutine et son intention de rétablir des liens plus amicaux avec la Russie. Il envisage également de nommer secrétaire d’État Rex Tillerson, le patron du géant pétrolier ExxonMobil qui a des exploitations dans plus de 50 pays et notamment la Russie, où il est réputé bien connaître le président Poutine.

En octobre, la communauté du renseignement américain a été unanime à accuser publiquement la Russie d’avoir piraté des partis politiques dans le but d’interférer dans l’élection.

Des messages internes au Parti démocrate ont été dérobés puis diffusés en juillet, conduisant à la démission de la présidente du parti. Dans les dernières semaines avant l’élection, des milliers de messages du président de l’équipe de campagne d’Hillary Clinton ont été publiés par WikiLeaks, jetant une lumière crue sur les délibérations internes. À l’inverse, aucun message du Parti républicain n’a été publié.

À Moscou, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a dénoncé lundi « des accusations gratuites, non professionnelles qui n’ont rien à voir avec la réalité ».

Source : AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.