Euro: le Danemark joue pour Eriksen, l’Ukraine garde espoir

0
58
placeholder

“Jouer pour Christian”: après l’immense frayeur de l’arrêt cardiaque d’Eriksen, le Danemark lui rend hommage jeudi à l’Euro contre la Belgique (18h00), qui peut déjà se qualifier pour les huitièmes, un espoir encore envisageable pour l’Ukraine, victorieuse de la Macédoine du Nord (2-1).

Si les Italiens sont les premiers à avoir composté leur billet pour les huitièmes de finale en domptant la Suisse mercredi soir (3-0), les Danois ont bien d’autres pensées en tête que la qualification, cinq jours après le malaise en plein match du milieu de terrain lors de Danemark-Finlande (0-1).

Mais pour essayer de lancer enfin leur Euro sur une note plus heureuse jeudi après-midi à Copenhague, ils ont annoncé qu’ils joueraient “pour Christian”, dont l’état de santé a ému la planète football.

Toujours hospitalisé, Eriksen va se faire implanter un défibrillateur cardiaque sous la peau, a annoncé jeudi la fédération danoise. Mais le meneur de jeu des “Rod-Hvide” (Rouge et Blanc) compte bien soutenir ses partenaires.

“Je vais bien”, et “maintenant je vais supporter les gars (…) jouez pour le Danemark”, a-t-il écrit sur son compte Instagram, en légende d’une photo le montrant souriant et un pouce levé sur son lit d’hôpital.

– Hommage à la 10e minute –

placeholder

“Ce qui est fou, c’est que l’hôpital où est Christian n’est pas loin du stade, il peut voir le stade et c’est même possible qu’il entende tout ce qui se passe”, a souligné le sélectionneur du Danemark Kasper Hjulmand.

Les équipiers d’Eriksen, très éprouvés, ont fort à faire contre la redoutable Belgique, qui a corrigé la Russie (3-0) et sera qualifiée en cas de victoire.

En effet, si elle obtient six points, une équipe est assurée de terminer au pire parmi les quatre meilleurs troisièmes, puisque les troisièmes des groupes A et E, quels qu’ils soient, ne pourront pas totaliser six points.

Le buteur belge Romelu Lukaku, partenaire d’Eriksen à l’Inter Milan, a aussi eu une pensée pour son ami et a prévu de mettre le ballon en touche à la 10e minute du match, en référence au numéro de maillot du Danois, pour que le stade lui rende hommage en l’applaudissant.

placeholder

Comme la Belgique, les Pays-Bas ou l’Autriche peuvent aussi assurer leur place en huitièmes de finale, s’il y a un vainqueur entre eux à Amsterdam (21h00).

– Polémiques –

Ailleurs en Europe, les polémiques inhérentes à tous les grands tournois se sont multipliées ces dernières heures, entre santé des joueurs et débats purement sportifs.

placeholder

La situation du défenseur français Benjamin Pavard, percuté par l’Allemand Robin Gosens en plein visage mardi, a ravivé le questionnement sur la prise en charge des commotions dans le football, soulevé mercredi par le syndicat des joueurs Fifpro.

“Nous avons eu la confirmation, par l’équipe de France, qu’il n’a pas eu de commotion”, s’est défendu jeudi Martin Kallen, le directeur de l’Euro de football.

Côté slovaque, c’est le Covid-19 qui fait parler de lui avec le test positif du défenseur Denis Vavro, ce qui a perturbé la Slovaquie avant d’affronter vendredi la Suède, autre sélection touchée par le coronavirus avant cet Euro.

Aux Pays-Bas, la controverse est tactique: le système en 3-5-2 du sélectionneur Franck De Boer est critiqué au pays du 4-3-3 sanctifié par Johan Cruyff. Mais les “Oranje”, vainqueurs de l’Ukraine (3-2) en ouverture, espèrent confirmer jeudi soir.

En Autriche, la polémique a tourné autour de Marko Arnautovic, suspendu à Amsterdam pour avoir insulté Ezgjan Alioski lors du succès contre la Macédoine du Nord (3-1).

placeholder

Face à la modeste sélection balkanique, l’Ukraine d’Andriy Shevchenko s’est pour sa part relancée dans la course aux huitièmes.

A Bucarest, les buts du capitaine Andriy Yarmolenko, de près (29e) et de Roman Yaremchuk, lancé en profondeur (34e), ont suffi aux Ukrainiens, malgré plusieurs alertes en seconde période et la réduction du score d’Alioski en deux temps après un penalty (57e).

Pour les Macédoniens du Nord, qui découvrent les grandes compétitions, la belle aventure risque de s’arrêter dès les poules avec deux défaites en deux matches, à moins d’un exploit lundi prochain contre les Pays-Bas…