Connectex avec nous

Eurovision: le rideau se lève à Lisbonne pour une finale à suspense

Pure Info

Eurovision: le rideau se lève à Lisbonne pour une finale à suspense

Une immense robe devenue toile de projection vidéo, un piano en flammes ou une danse de poule sur fond de musique vitaminée : les candidats de vingt-six pays employaient toute leur créativité pour remporter le 63e concours de chanson de l’Eurovision samedi soir à Lisbonne.

Suivi par des dizaines de millions de téléspectateurs, ce marathon audiovisuel de trois heures et demie a débuté à 20H00 heure locale (19H00 GMT) pour offrir, comme chaque année, un pot-pourri de genres musicaux assortis de costumes extravagants et de mises en scène provocantes.

Il y aura la robe géante de la soprano estonienne et les mouvements de gallinacé d’une déconcertante israélienne voulant incarner l’esprit #MeToo, mais aussi le piano en flammes du rockeur ukrainien et un viking pacifiste venu du Danemark faire entendre sa puissante voix.

Dans un registre plus intimiste, mais également osé, la danse romantique entre deux hommes qui accompagne la ballade de l’Irlandais Ryan O’Shaughnessy lui a valu d’être censurée en Chine au cours de la retransmission de la première demi-finale.

Au-delà des polémiques entourant régulièrement cet événement, qui attire chaque année une audience de près de 200 millions de téléspectateurs, la course à la succession du chanteur portugais Salvador Sobral, vainqueur l’an dernier à Kiev avec une ballade jazzy, s’annonçait serrée.

– Pop sensuelle –

D’après les pronostics des preneurs de paris, la représentante de Chypre, la chanteuse grecque d’origine albanaise Eleni Foureira, pourrait être sacrée avec sa chanson “Fuego”, un morceau de pop sensuel au refrain accrocheur qui lui vaut d’être comparée à Shakira ou Beyoncé.

Favorite des bookmakers pendant des semaines, la chanteuse israélienne Netta Barzilai, qui assume ses rondeurs avec fierté, surgissait toujours en deuxième position.

Sa chanson “Toy” se veut un appel à l’émancipation féminine et contre toute forme de harcèlement, enrobé par une musique de danse au rythme saccadé.

“J’espère qu’Israël gagnera, ce serait un message si puissant. Si c’est Chypre, ce sera juste une autre fille qui remue son corps”, a commenté à l’AFP Lorenzo Formento, un fan italien de 40 ans qui vit à Madrid.

En second plan de ce duel de divas tout en contraste, le duo français “Madame Monsieur” avait également la cote avec “Mercy”, une composition de pop mélodieuse qui raconte le périple d’une enfant née sur un bateau de migrants.

“Ce serait déjà bien qu’on termine dans le top 3, car cette année il y a beaucoup de bonnes chansons”, a toutefois confié Marine, une enseignante française de 30 ans arrivée de Toulouse (sud), portant sur la tête une couronne de fleurs bleu-blanc-rouge.

– Feux d’artifice –

A l’intérieur de l’Altice Arena, la plus grande salle de spectacle du Portugal, une foule de 11.000 enthousiastes arborant drapeaux ou vêtements aux couleurs de leurs pays respectifs avait pris place dans une ambiance festive.

“Cette année, il y a un vrai suspense, avec beaucoup de possibles vainqueurs”, a commenté Blair Thorpe, un Britannique de 43 ans.

Le vainqueur sera désigné par les votes d’un jury professionnel et des téléspectateurs des 43 pays participants, qui pèseront chacun pour la moitié du score final combiné.

Hors compétition, le tenant du titre Salvador Sobral remontera sur scène, aux côtés du chanteur brésilien Caetano Veloso, pour la première fois depuis qu’il a subi une transplantation cardiaque début décembre.

Avec un budget de 20 millions d’euros, le plus bas de ces dix dernières années, la télévision publique portugaise RTP a conçu un spectacle plus “théâtral”, limitant le recours aux projections vidéo et aux nouvelles technologies.

Les organisateurs voulaient ainsi répondre à l’appel à la sobriété lancé par Salvador Sobral – “La musique, ce n’est pas des feux d’artifice, mais des sentiments”, disait-il à Kiev – mais les deux chanteuses favorites comptaient bien se servir d’effets pyrotechniques pour porter la salle à ébullition.

© 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.

Plus dans Pure Info

Haut