Expendables : Les acteurs qui ont refusé un rôle dans la franchise

0
119

Les muscles sont de sortie ! Ce lundi 28 septembre 2020, TMC diffuse le troisième opus de The Expendables. Une franchise dont Sylvester Stallone a eu l’idée. Si certains de ses amis bodybuildés n’ont pas hésité à signer pour jouer dans les films, d’autres ont préféré décliner son offre.

À lire aussi

Bruce Willis, Jason Statham, Jet Li ou Mickey Rourke ont immédiatement accepté de jouer au côté de l’acteur de 74 ans quand il leur a parlé du premier film, sorti en 2010. En revanche, Steven Seagal, Kurt Russel et Arnold Schwarzenegger ont refusé d’incarner le rôle de M. Church (joué par Bruce Willis). Mais le grand Terminator, qui était occupé par ses fonctions de gouverneur, a finalement participé au deuxième et troisième opus dans la peau de Trench. Wesley Snipes, qui était pressenti avec Forest Whitaker pour incarner Hale Caeser dans le premier film (incarné par Terry Crews au final), n’a de son côté accepté la proposition de Stallone qu’en 2014 pour jouer Doc dans le troisième volet. Chuck Norris a, quant à lui, refusé de jouer le rôle de Booker il y a dix ans. Mais, comme il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis, il a lui aussi figuré au casting un peu plus tard. Le public l’a en effet retrouvé en 2012 dans Unité spéciale, dans la peau de Booker.

Malgré le succès de The Expendables en 2010, Nicolas Cage et John Travolta n’ont pas répondu favorablement à la demande de Sylvester Stallone pour le deuxième volet. Si Antonio Banderas était intéressé, il a été contraint de refuser, car son emploi du temps était trop chargé. Il s’est toutefois rattrapé en participant au troisième film, dans la peau de Galgo. Jackie Chan, lui, a tout bonnement refusé de participer à la franchise et n’a, pour l’heure, pas changé d’avis même si des rumeurs le disent au casting d’Expendables 4. Ce qui est certain, c’est que les spectateurs ne retrouveront pas Bruce Willis. La star aurait été évincée à partir du troisième film à cause de ses prétentions salariales.