Fabienne Carat harcelée par un réalisateur de Plus belle la vie : “Personne n’a vu…”

0
74

Le mouvement #MeToo, né en 2007 et relancé sur Twitter dix ans plus tard lorsque l’affaire Weinstein a éclaté, a permis de libérer la parole concernant le harcèlement, les agressions sexuelles et les viols commis par des hommes influents du show-business. Sur le banc des accusés, un réalisateur ayant officié dans Plus belle la vie. Au micro de Maxime Guény sur Radio VL mercredi 23 septembre 2020, Fabienne Carat, qui campe Samia Nassri dans le feuilleton de France 3, dénonce.

À lire aussi

C’était il y a cinq ans, en 2015. Dans sa biographie baptisée Danse avec la vie (éditions Michel Lafon), la comédienne de 41 ans raconte une scène dérangeante. Alors qu’elle était arrivée en talons un matin pour tourner, elle a été victime de gestes inappropriés. “Il m’empoigne sournoisement tout en m’obligeant à courir sur les pavés. Je manque vingt fois de me tordre la cheville mais, très concentrée et par miracle, je m’en sors sans une entorse ni une égratignure contrairement à ce qu’il cherchait à prouver. Je ne suis pas tombée et une fois la crise passée, le tournage se poursuit comme si de rien n’était. Pourquoi me suis-je laissée faire ?“, raconte Fabienne Carat dans son livre.

Ce milieu force les femmes “à se transformer en pitbull”

Une scène sur laquelle elle revient aujourd’hui. “Je me trouve pathétique, je suis très attristée par moi-même“, lance-t-elle, regrettant son absence de réaction à ce moment-là. Pire encore, personne sur le tournage ne s’est rendu compte du comportement du réalisateur. “Les gens ne voyaient pas, explique la jolie brune. Il me pince, très fort, personne ne le voit ! On croit qu’il me prend bras-dessus, bras-dessous !

Mais ce réalisateur n’en est pas resté là. Fabienne Carat n’avait, par moment, pas le droit d’aller aux toilettes et devait s’isoler dans un coin pour pleurer. “Je ne me suis pas plainte à la production, j’ai juste dit au directeur que s’il venait encore, moi je ne viendrais plus. Pourtant je suis extrêmement passionnée“, lâche-t-elle. Et finalement, le réalisateur a été remercié. “Il n’est plus jamais venu“, lance Fabienne Carat, soulagée.

Un événement qui a rendu la star plus méfiante, moins douce : “Après on s’étonne que j’ai beaucoup de caractère, que je ne me laisse plus faire… mais je ne suis pas comme ça à la base, je suis toute gentille !” C’est ce milieu qui pousse “les femmes à devenir méchantes, à dire stop, à se transformer en pitbull et c’est dramatique de devoir en arriver là pour se faire respecter“, déplore-t-elle.