Familles nombreuses : Diana Blois révèle une information capitale, pas encore diffusée à l’antenne

0
9

Dans Familles nombreuses, la vie en XXL (TF1), les candidats nous laissent penser qu’être à la tête d’une tribu de plusieurs enfants est chose facile. Pourtant, les sept familles stars du programme rencontrent parfois des difficultés, notamment financières. Et pour cause, élever autant de monde coûte cher, surtout quand la crise sanitaire s’en mêle. Les Blois l’ont malheureusement constaté lorsque le père Gérôme s’est retrouvé sans emploi après avoir été forcé de fermer son entreprise de menuiserie. Ainsi, dans les épisodes de la saison 3 diffusés au mois de mars, ce dernier était présenté comme étant au chômage. Hors, la réalité est désormais tout autre.

C’est sa femme Diana qui l’a révélé lundi 19 juillet 2021 en filmant sa balade au parc avec ses neuf enfants en story Instagram. La jolie brune a en effet précisé que Gérôme les rejoindrait “après le taff“. Une mise au point a alors été nécessaire pour ses abonnés. “Je fais une réponse collective pour ceux qui sont un peu à la bourre : oui, Chou a trouvé du travail. Depuis le mois d’avril ! Vous êtes un peu à la bourre, les gars… Il travaille depuis le mois d’avril dans une boîte d’informatique, et tout va pour le mieux“, a-t-elle annoncé le sourire aux lèvres. Diana Blois a même indiqué que son mari aurait “une semaine de vacances en août“. Cette reconversion professionnelle, les téléspectateurs ne pourront la découvrir que lors de la prochaine saison de Familles nombreuses, la vie en XXL.

En juin dernier, lors d’une interview pour Ciné-Télé-Revue, Gérôme était revenu sur les “répercussions” sur sa vie professionnelle causées par la l’épidémie de coronavirus. “Je dirigeais avec ma soeur l’entreprise familiale dans la menuiserie. Au premier confinement, on a pris la décision d’arrêter la société, avant d’entrer dans des difficultés financières. Cette décision n’a pas été facile, elle a été lourde de sens, c’était le flambeau transmis par notre papa, mais à 40 ans, c’était aussi le bon moment pour un virage professionnel.” Il s’était toutefois bien gardé d’annoncer avoir par la suite retrouvé du travail.