Fanny Agostini et son mari Henri quittent Paris et s’installent dans une ferme

0
82

Il y a dix mois, Fanny Agostini épousait son chéri Henri Landes (30 ans tous les deux) à La Bourboule dans le Puy-de-Dôme, sa terre natale. Aujourd’hui, le couple a décidé de quitter Paris pour s’offrir une vie meilleure, plus en accord avec sa philosophie, à la campagne.

À lire aussi

Interrogés par nos confrères de France dimanche, les amoureux se sont confiés à propos de leur ambitieux projet de s’installer dans une ferme à Boisset en Auvergne et de créer également un fonds de dotation à but non lucratif, “LanDestini”, visant à relier l’homme à la nature. “Henri a travaillé sur les questions environnementales en tant qu’enseignant à Sciences-Po et ancien directeur de la fondation GoodPlant ; et moi, bien avant la télévision, mon fil conducteur a toujours été la protection de la nature“, a commencé l’animatrice de Thalassa – qui a récemment affronté un crash de montgolfière – sur France 3. Et son compagnon d’ajouter : “On ne se serait pas lancé l’un sans l’autre. (…) Ce projet, je le réalise avec la femme de ma vie ! Ce n’est pas toujours facile de lier amour et travail, mais là, c’est une évidence.

Face à ce besoin urgent de retourner vers la nature, la terre, et la protection de celle-ci, le couple a décidé d’emménager en Auvergne à la fin du mois d’avril. “Notre résidence principale sera en Auvergne, et la secondaire, un tout petit pied-à-terre à Paris. Cette idée me plaît beaucoup“, a assuré l’ancienne présentatrice de la météo sur BFMTV. “Dans notre ferme, il y aura une partie pédagogique où l’on accueillera des groupes scolaires et des adultes qui souhaitent se sensibiliser à la permaculture, être en contact avec l’animal et la nature“, a poursuivi Henri.

On s’en doute, dans un tel cadre, le couple songe forcément à l’avenir et à la possibilité d’élever des enfants ensemble en Auvergne. “Bien sûr nous désirons des enfants. Et j’espère qu’ils seront sensibles à la beauté du monde, en tout cas ce qu’on aura pu épargner. Mais oui, on souhaite être dans cette transmission, et ne surtout pas se priver d’avoir des enfants sous prétexte qu’une poignée d’hommes, qui pilote l’industrie, n’a pas compris quel était le sens de l’Histoire“, a finalement asséné Fanny Agostini.

Une interview à retrouver en intégralité dans le magazine France dimanche, actuellement dans les kiosques.