Fanny Ardant survoltée avec son César, défend Roman Polanski

0
170

Belle soirée pour La belle époque de Nicolas Bedos ! Tandis que le réalisateur et scénariste a décroché le César du meilleur scénario le vendredi 28 février 2020, sous les yeux de son ex-compagne Doria Tillier bouleversée face à tant d’émotion dans l’écrin de la salle Pleyel, à Paris, Fanny Ardant a quant à elle décroché le César de la meilleure actrice dans un second rôle. La grande actrice de 70 ans n’en est pas à son premier César puisqu’elle avait déjà reçu celui de meilleure actrice en 1997 pour Pédale douce.

À lire aussi

Une fois son César remis et son discours prononcé, Fanny Ardant s’est rendue dans la press room où une horde de journalistes l’attendait et où elle a retrouvé Nicolas Bedos, tout aussi heureux qu’elle. Laissant exprimer son bonheur d’avoir été sacrée meilleure actrice dans un second rôle, Fanny Ardant s’est également confiée sur LE sujet de la soirée : Roman Polanski.

Malgré la présence de manifestants, et l’absence de toute l’équipe du film J’accuse, Roman Polanski a malgré tout décroché le César de meilleur réalisateur. Une récompense qui a conduit Adele Haenel a quitté la salle Pleyel pour de bon. “La honte“, a-t-elle crié en s’en allant, sous les caméras de Canal + qui diffusait la cérémonie en clair et en direct.

Malgré les nombreuses critiques et attaques, notamment de la part de la maîtresse de cérémonie Florence Foresti qui ne s’est pas montrée tendre avec lui, Roman Polanski a au moins pu compter sur le soutien de Fanny Ardant. “Quand j’aime quelqu’un, je l’aime passionnément, a déclaré l’actrice césarisée à son sujet, face aux journalistes. J’aime beaucoup Roman Polanski, donc je suis très heureuse pour lui. Après, il faut comprendre que tout le monde n’est pas d’accord mais vive la liberté. Quand j’aime quelqu’un, je ne peux pas porter de jugement. Quand on est seul contre tous, je suis toujours pour celui qui est tout seul. J’ai envie de le défendre, j’ai envie de lui donner une chaleur. Vous savez les gens qu’on aime c’est comme votre famille. Même contre la police vous les défendriez.