Festen

0
157

BIISCUIT, on peut invoquer plusieurs choses je pense: les tabous, propres à chaque familles, et qui enferment l’idée de ne pas vouloir voir ce qui peut tâcher un “nom”. Aussi le “phénomène de groupe” (comme les réactions d’un élève pris seul, puis en groupe… Ca peut changer du tout au tout ), ici dans le champs social de la famille. Comme on le voit et comme chacun peut l’avoir vécu, ce groupe peut être particulièrement fermé à la parole d’un seul, le groupe censure et impose par la force du nombre et du peu de crédit apporté au “vilain petit canard”. Il n’exerce aucun pouvoir par sa parole car la définition sur laquelle le groupe s’est “entendue” de lui ont rendu sa parole illégitime.”qui est le mieux placé pour savoir qui je suis?”, quand c’est un groupe qui répond à cette question à ta place, et si tu le laisse fixer une définition de toi même tu n’auras plus aucun mot à dire, la réputation peut prendre le relai sur les paroles… C’est valable pour tout “champs”, pensez à l’opinion public: politiques, star, toutes ces définitions fixées sur des personnes qui ne font que jouer de la force de l’opinion partagé: du fait que ce que l’on dit d’eux, fait d’eux.