Festival de Cannes 2021 – Spike Lee : Son énorme bourde à l’annonce du palmarès !

0
8

Une bourde qui aurait pu être évitée. Samedi 17 juillet 2021, à l’occasion de la remise des prix du Festival de Cannes, président du jury du festival – aux côtés de Tahar Rahim, Mélanie Vincent ou encore Mylène Farmer pour ne citer qu’eux – a malencontreusement commis une erreur de débutant. À savoir : annoncer le nom du grand gagnant de la soirée, bien avant l’heure…

En effet, à peine la soirée du Festival de Cannes commencée, alors que le président du jury avait en main le nom des différents gagnants de la soirée, ce dernier a fait un faux pas d’ores et déjà mémorable. Alors qu’il devait présenter le nom du vainqueur du prix d’interprétation masculine (remporté par l’acteur américain Caleb Landry Jones pour son rôle dans le film Nitram), Spike Lee a, à la place, annoncé le nom de Julia Ducournau gagnante de la palme d’Or du Festival cette année. Elle est d’ailleurs la seconde Française dans l’Histoire à remporter ce prix. La première étant Jane Campion pour La Leçon de Piano, il y a 28 ans.

Une mauvaise nouvelle donc pour les organisateurs du festival, mais une très bonne nouvelle pour la principale concernée qui a découvert sa victoire bien avant l’heure. En effet, généralement, les vainqueurs de la Palme d’Or le savent uniquement à la fin de la soirée puisque c’est le prix le plus attendu. Pas de bol donc pour Spike Lee qui, surement, a pensé que le temps était venu d’annoncer ce prix.

Toutefois, Julia Ducournau n’est pas la seule gagnante du 74e Festival de Cannes. Outre Caleb Landry Jones, déjà mentionné plus haut, Renate Reinsve a remporté le prix d’interprétation féminine pour son rôle dans Julie (en 12 chapitres). Et en ce qui concerne le Grand Prix, il a été attribué à deux films ex-aequo : Un Héros d’Asghar Farhadi et Compartiment N°6 de Juho Kuosmanen. Ceci dit, ce n’est pas la seule fois dans la soirée qu’il y a un ex-aequo puisque pour le prix du Jury, deux gagnants ont été annoncés. À savoir : le film Le Genou d’Ahed de Nadav Lapid et Memoria d’Apichatpong Weerasethakul (déjà Palme d’or en 2010). Quoi qu’on en dise, cette dernière édition du Festival de Cannes n’a visiblement pas manqué de rebondissements !