Feu de forêt “maîtrisé” à Anglet, 165 hectares détruits, enquête ouverte

0
93

Un spectaculaire incendie qui a pris jeudi soir dans une forêt au coeur d’Anglet (Pyrénées-Atlantiques) est “maîtrisé sur tous les flancs” vendredi matin, après avoir causé la destruction de 165 hectares de forêts et végétation, de quelques maisons, sans faire de victimes, selon les autorités.

“Dieu merci”, le bilan humain n’est “pas lourd”, a dit Éric Spitz, le préfet du département lors d’un point presse au côté de Claude Olive, maire LR d’Anglet (40.000 habitants).

“Une vingtaine de personnes sont passées par l’hôpital mais toutes sont ressorties sans problème, dont 2 pompiers et 9 policiers”, a poursuivi le préfet.

Par ailleurs, “5 à 6 maisons ont été partiellement ou complètement détruites, 100 hectares de forêt et 65 hectares de végétation au sein des lotissement brûlés”, a-t-il détaillé.

Le préfet a précisé que le feu était “maîtrisé sur tous les flancs. Nous avons quatre équipes de 20 personnes qui éteignent les dernières flammèches. Nous avons aussi des équipes qui vont surveiller le terrain parce que le vent va à nouveau se lever en fin de matinée”.

Vendredi matin, les Canadair avaient repris le travail et 150 sapeurs-pompiers, 60 policiers et des équipes du Samu ont été mobilisés depuis la veille, a rappelé le représentant de l’État.

Le maire d’Anglet, très ému, a évoqué “un spectacle de désolation qui donne envie de pleurer”.

Si l’origine de feu est toujours inconnue, le maire a dit ressentir “de la colère”, soulignant que dans “une forêt très fréquentée” comme celle de Chiberta, au cœur de la ville, “il y a des règles à respecter”.

La ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a, sur BFMTV, appelé la population à faire preuve de “bon sens”, rappelant que “90 pc des incendies étaient d’origine humaine et 80 pc près des habitations”.

“Des feux évitables, il y en a beaucoup”, a-t-elle ajouté en rappelant de ne pas allumer de feux ou barbecue, jeter des mégots ou faire des travaux causant des étincelles, près des forêts.

Une enquête a été ouverte par le parquet de Bayonne pour “destruction par incendie”, a annoncé le procureur Jérôme Bourrier, dans un communiqué.

L’enquête, qui devra établir si l’origine du sinistre est volontaire ou accidentelle, a été confiée à l’antenne de la police judiciaire de Bayonne.

– “Dantesque” –

Le procureur rappelle que “même en l’absence de caractère intentionnel”, la destruction de forêts “est susceptible de constituer un délit” passible de 5 à 7 ans d’emprisonnement et d’une amende de 100.000 euros.

Le feu s’est déclaré jeudi en fin d’après-midi, attisé par le vent et nourri par la sécheresse et la forte chaleur.

“Hier soir, les conditions météorologiques étaient dantesques avec parfois des bonds de feu de 50 à 100 m”, a raconté le préfet.

Les flammes ont ravagé des hectares de pinède dans la forêt de Chiberta, au coeur d’Anglet, contraignant à l’évacuation de nombreuses habitations.

Ce secteur boisé de plus 250 hectares est situé au centre-ville, entre le fleuve Adour et l’Atlantique, bordé notamment par un prestigieux parcours de golf et de luxueuses villas.

Véritable îlot de verdure au sein de l’agglomération Bayonne-Biarritz-Anglet, densément peuplé, c’est “une grande pinède avec de hauts arbres très difficiles à atteindre”, avait expliqué le secrétaire général de la préfecture Eddie Bouttera.

Dès le début de soirée, des dizaines de personnes avaient été contraintes de quitter dans l’urgence leur maison.

Le Sud-Ouest a connu jeudi de très fortes chaleurs. Saint-Jean-de-Luz, non loin d’Anglet sur la côte basque, a battu son record de température avec 41,9 °C relevés par Météo-France.

Plus au nord, en Gironde, un feu de forêt avait dévoré lundi plus de 295 ha de pins, également alimenté par la sécheresse estivale.

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.