FIV : de meilleures chances de réussite avec la vitamine D

0
366

Mesurer le taux de vitamine D dans le sang des femmes engagées dans une démarche de procréation médicalement assistée pourrait prédire les chances de succès de la FIV.

Des études récentes ont montré qu’une carence en vitamine D était associée à des complications de la grossesse (pré-éclampsie et hypertension gravidique) et à une restriction de la croissance fœtale. Une nouvelle étude montre, qu’à l’inverse, un taux élevé de vitamine D permettrait d’aider à la réussite des fécondations in vitro.

Pour les auteurs de cette étude, publiée dans la revue Human reproduction, “Il y a encore des progrès à faire pour améliorer les traitements de fécondation in vitro afin de maximiser les chances d’obtenir une grossesse. Et une grande part de ces progrès réside dans l’amélioration des chances d’implantation de l’embryon transféré dans l’utérus”.

30% de chances d’implantation en plus

La possibilité que la vitamine D joue un rôle important dans l’implantation de l’embryon a donc conduit les groupes de recherche à étudier l’importance de cette vitamine chez les patientes suivant un protocole de procréation médicalement assistée. Les scientifiques ont ainsi constaté que la probabilité d’avoir un enfant pour ces femmes était d’un tiers plus élevé chez celles dont le taux de vitamine D était suffisant comparativement aux femmes qui étaient en carence.

Ce lien entre fertilité et vitamine D doit encore être confirmé par des essais cliniques. Mais selon les chercheurs, corriger une éventuelle carence en vitamine D chez les femmes engagées  dans une démarche de procréation médicalement assistée (PMA), ne pourrait qu’être bénéfique.

A lire aussi :

FIV : 5 ans pour avoir un bébé

Trop de Fiv en France ?