Flavie Flament câline avec ses fils : un Top Chef la régale

0
206

Flavie Flament ne pourrait pas être plus heureuse. Malgré les années qui passent, l’animatrice les voit défiler avec les deux hommes de sa vie, ses fils Enzo et Antoine. Jeudi 2 juillet 2020, elle fêtait d’ailleurs ses 46 ans avec eux, comme elle a pu le prouver sur Instagram. À travers deux clichés, elle apparaît souriante et aux anges en train de leur faire des câlins. “Précieux“, légende-t-elle avec amour tout simplement. Magnifiques clichés et une Flavie toujours aussi rayonnante“, constate un internaute à raison.

À lire aussi

À en croire ses stories, la petite famille a passé la soirée à lAtelier Pierre Sang, le restaurant parisien du chef cuisinier coréen révélé dans Top Chef en 2011, où il s’était à l’époque hissé jusqu’à la finale du programme.

Alors qu’Enzo, âgé de 16 ans et né des amours entre sa mère et Benjamin Castaldi, continue d’aller à l’école, Antoine, lui, a déjà trouvé sa voie. Âgé de 24 ans, le fils de Bernard Flament, ex-mari de Flavie, évolue en effet en tant que photographe. Sa célèbre maman ne manque d’ailleurs jamais de lui faire de la pub sur ses réseaux sociaux. Il a notamment eu la chance de capter devant son objectif les portraits de grandes célébrités comme le tennisman Rafael Nadal, la Miss Laury Thilleman ou encore les comédiennes Diane Kruger et Penelope Cruz. Bref, autant de stars qui font de lui un photographe affirmé et reconnu.

De quoi rendre fière sa maman qui, de son côté, était revenue à l’animation à la télévision sur M6 avec L’Atelier, une émission sur les artisans en 2019, après presque dix ans d’absence.

En ce qui concerne sa vie privée, Flavie Flament assurait dans les pages de Paris Match en novembre dernier être toujours célibataire, confirmant que son histoire avec son petit ami Vladimir était belle et bien terminée. Une situation qui ne la désole pas comme elle l’expliquait. “Je me sens très aimée par mes enfants, par mes amis, mais je suis célibataire, libre. J’adore la solitude, je l’ai apprivoisée. Même quand je vis une belle histoire, j’ai besoin de partir seule deux ou trois jours pour écrire, réfléchir, pleurer dans une petite chapelle ou marcher pendant des heures“, confiait-elle.