Flavio (Koh-Lanta 2021), pas fiable sur le camp ? “Ils ont raison, mais c’est gênant…”

0
115

L’aventure Koh-Lanta, c’est terminé pour Flavio. Dans l’épisode diffusé vendredi 21 mai 2021 sur TF1, le pompier volontaire est arrivé dernier à l’épreuve d’immunité éliminatoire. Pas de sortie au conseil, pas de votes contre lui… Mais un départ aux portes de l’épreuve d’orientation qui le faisait rêver. Pour Purepeople.com, Flavio revient sur son expérience, évoquant son pacte avec les ex-jaunes, sa perte de poids ou encore le binôme dangereux de Laure et Maxine.

Que se passe-t-il dans votre tête quand Denis Brogniart annonce que l’épreuve est éliminatoire ?

Je pense : “C’est la dernière ligne droite Flavio, ça va le faire !” Je suis souvent arrivé dans les premiers aux épreuves, donc je me dis que je vais tout donner et que ça va aller. J’étais focalisé sur l’immunité. Mon objectif était de gagner le totem, pas d’être deuxième ou troisième. On connait la suite, finalement, j’ai fini dernier. C’est une catastrophe !

Que ressentez-vous lorsque vous êtes éliminé ?

Au tout début, je ne réalise pas. J’étais en duel final avec Magali. Elle gagne et Denis Brogniart la félicite. Ses mots résonnent encore dans ma tête d’ailleurs… “Magali, vous avez gagné !”, ça fait mal… Puis la pression redescend. Et quand je suis à côté de Denis Brogniart et qu’il me dit que je ne retourne pas sur le camp et que je quitte l’aventure, je reçois un coup de massue dans la tête. Pour moi qui rêve de Koh-Lanta depuis toutes ces années, tomber aux portes de l’orientation c’est vraiment douloureux. Mon rêve s’envole et je ne peux m’en prendre qu’à moi-même. J’avais les cartes en main… Je suis le seul responsable de mon départ, personne n’a voté contre moi.

Vous attendiez-vous à cette fin, sur la plage sans conseil ni vote ?

Non, j’espérais aller au bout. Mais dans mon malheur, je peux me dire que personne n’a éteint mon flambeau. Je n’ai pas donné la chance aux aventuriers d’écrire mon nom sur un bulletin. Mais ma sortie, après celle des ambassadeurs, est la plus nulle. Aux ambassadeurs, on ne peut pas se défendre. Et là je me plante tout seul un couteau dans le dos.

Vous semblez décidé à vous montrer utile sur le camp… Est-ce une stratégie ?

Ce n’est pas une stratégie, c’est le vrai Flavio. Je suis souvent actif sur le camp, j’aime mettre la main à la pâte, j’aime rendre servir c’est d’ailleurs pour ça que je suis pompier. Peut-être que du fait qu’on soit moins nombreux, les autres aventuriers l’ont plus remarqué. Pourtant j’ai toujours pêché, alimenté le bois la nuit… Si j’avais dû mettre une stratégie en place, je l’aurais fait bien plus tôt.

Avant son départ, Thomas indiquait que vous n’étiez pas assez tranchant et que cela pouvait vous jouer des tours, qu’en pensez-vous ?

C’est gênant. J’ai toujours respecté ma parole envers les jaunes, avec qui j’avais un pacte. Le seul jaune contre qui j’ai voté, c’est Thomas. Quand je l’ai entendu dire ça, je me suis dit : “Mais c’est une blague ?” Peut-être qu’il aurait voulu être rassuré plus souvent. Je ne fonctionne pas comme ça, je donne ma parole une fois et c’est jusqu’au bout.

Vous avez trahi votre pacte en votant contre Thomas… Pourquoi ?

C’était une question de sécurité pour, plus que de stratégie, me sauver. Il était tombé, il n’allait pas bien. Après, si Thomas allait voter contre moi pour se sauver, j’aurais voté pour lui aussi. Mais s’il était face à un rouge, j’aurais voté contre le rouge. Pour moi, la trahison n’est pas une belle valeur. Mais attention, je ne me suis pas concerté avec les autres pour éliminer Thomas. On a tous vu que le vent tournait, il n’avait plus de motivation et était arrivé au bout de son aventure.

Certains, comme Arnaud ou Jonathan, vous reprochent une attitude en retrait, trop lisse, sans jamais vraiment vous mouiller, et ont du mal à vous faire confiance… Comment le prenez-vous ?

Ils ont raison ! Venant des rouges, je le prends bien parce que ça signifie que je respecte mon engagement envers les jaunes. Le fait qu’un rouge ne sache pas pour qui je vais voter, c’est un avantage. Le but n’est pas non plus de dire tout haut nos votes. Après, ce qui est gênant c’est qu’on dise que je vais là où le vent me mène. C’est faux, j’ai toujours suivi les jaunes, même quand c’était périlleux. Malgré l’infériorité numérique, je n’ai jamais retourné ma veste. Donc les rouges ont raison, mais je ne leur dois rien. Je ne leur ai jamais donné ma parole. J’ai suivi ma ligne de conduite. Je peux dire pareil d’eux, et puis les rouges n’en seraient pas là sans Vincent, il ne faut pas l’oublier.

Que pensez-vous des stratégies de Shanice et des ex-jaunes ?

Je ne sais pas si on peut vraiment parler de stratégie, elle a agi de bon coeur. Son objectif était d’aller le plus loin possible avec les jaunes. Mais il est vrai que la manière dont elle a fait n’était pas la bonne. Se sentir menacé, ce n’est pas plaisant, il faut respecter les autres. Aussi, avec le recul, si on avait pu aller au bout avec les jaunes, je pense qu’il y aurait eu un groupe de quatre, Shanice, Myriam, Mathieu et Thomas, qui se serait détaché. Et les électrons libres comme moi en auraient payé les conséquences.

Vincent est en froid avec les ex-jaunes. De votre côté, êtes-vous en bons termes avec vos ex-camarades ?

Je suis en bons termes avec tout le monde et j’en suis fier. Je n’ai pas de rancoeur, malgré les mots durs qui ont pu être dits à mon égard. Mais je trouve ça dommage que certains ne se parlent pas. Même si la fin n’est pas belle, on a quand même vécu des moments extraordinaires que l’on oubliera jamais les quinze premiers jours. Ces moments forts peuvent prendre le dessus. C’est d’ailleurs ce que je fais, car moi aussi j’ai été déçu de certains propos mais j’arrive à mettre de l’eau dans mon vin pour oublier et avancer.

Que pensez-vous du binôme de Laure et Maxine ?

Franchement, ce binôme va marquer l’histoire de Koh-Lanta (rires) ! Quand on revoit les images, elles étaient quand même sur la sellette dans leur propre équipe ! Là, elles sont à l’orientation, c’est énorme… Leur parcours est extraordinaire. Elles ont réussi leur coup. Après qu’on aime ou pas, ce que je peux comprendre, leur stratégie a payé.

Vous avez perdu 10 kilos, comment l’avez-vous vécu ?

J’ai eu du mal à voir ma perte de poids sur le camp. Je regardais souvent mon corps la journée, mais je ne voyais pas que je diminuais en masse ou en volume. Mais là, avec le miroir, voir mes cheveux, ma barbe, mon creux au niveau des épaules… Ça fait peur ! On aurait dit un mort-vivant, un squelette. Je ne vais pas mentir, moi qui fais très attention à mon apparence, j’avais hâte de retrouver une alimentation normale et un semblant de corps car là je ne ressemblais plus à rien.

Avez-vous réussi à retrouver votre silhouette ?

Pas un corps d’Apollon, mais oui ça va ! J’ai essayé de reprendre le sport petit à petit même si la motivation n’était plus là. J’ai trouvé mon corps d’antan, on peut dire ça.

Comment s’est déroulé le retour à la réalité ?

Je me suis vite remis dans le bain. Dès mon retour de Tahiti, j’ai repris mon activité de pompier rapidement. J’ai retrouvé mes habitudes, mon quotidien. J’ai fait la part des choses entre l’aventure et la vraie vie, j’en suis content.

Qui voyez-vous gagnant ?

Je fonctionne au mérite, même si la stratégie a une grande part dans ce jeu. Les aventuriers qui ont le plus marqué le jeu côté sportif lors d’épreuves sont Laure, Maxine et Jonathan. J’hésite entre Laure et Jonathan… Et si je dois vraiment choisir je prends Laure car j’étais en binôme avec elle et qu’elle a beaucoup montré lors des épreuves.

Contenu exclusif ne pouvant être repris sans la mention de Purepeople.com.