Foot: quand la Puce prend la mouche, les précédentes bouderies de Messi

0
50

Arrivé au FC Barcelone en 2000 à 13 ans, l’Argentin Lionel Messi, qui a annoncé vouloir quitter son club de toujours, n’en est pas à sa première bouderie au Barça.

. 2012: plusieurs frictions avec des coéquipiers

Malgré une réputation de coéquipier discret et accessible, Messi perd à plusieurs reprises ses nerfs contre des joueurs du Barça.

En septembre 2012 contre Grenade en championnat, il prend à partie l’Espagnol David Villa, coupable de ne pas avoir servi la star argentine dans le bon tempo, confirmant les rumeurs sur des tensions entre les deux hommes.

Ont également couru des rumeurs de tensions avec l’Espagnol Cristian Tello ou avec le Chilien Alexis Sanchez, arrivé en 2011 pour 37 millions d’euros et qui se serait attiré les foudres de Messi à plusieurs reprises.

. 2013: nouveau contrat sous tension

Quadruple Ballon d’Or et au sommet de son art, Messi signe en février 2013 une prolongation de contrat jusqu’en 2018, assortie d’un salaire estimé à 12 millions d’euros.

Des chiffres inférieurs à ceux de son grand rival Cristiano Ronaldo, qui émargeait alors à 17 millions d’euros par an au Real Madrid.

Mais Javier Faus, le vice-président du Barça chargé des questions économiques et stratégiques du club, refuse toute revalorisation, estimant n’avoir aucune raison “d’améliorer le contrat de quelqu’un qui a déjà été augmenté il y a six mois”.

Javier Faus “ne connaît rien au football”, réplique Leo Messi.

Ce feuilleton se clôt avec les excuses publiques de Faus. “Messi a raison, je ne connais rien au football”, avait affirmé le dirigeant catalan. “C’était juste un petit malentendu qu’on a traité avec son père et lui. Nous lui avons fait un nouveau contrat.”

Un an plus tard, l’Argentin verra son salaire passé la barre des 20 millions d’euros, plus important contrat du monde.

. 2015: conflit avec Luis Enrique et rumeurs de départ à Chelsea

En janvier 2015, la presse espagnole fait état d’une rude explication à l’entraînement entre Messi et son entraîneur Luis Enrique, lui reprochant de se prendre pour “le maître du vestiaire”.

Sanction immédiate du coach catalan: Messi passe le match suivant contre la Real Sociedad sur le banc et ne participe pas à la séance du lendemain, officiellement pour raisons médicales.

Les rumeurs de départ fleurissent, alimentées par Lionel Messi lui-même, qui commence à suivre le club anglais de Chelsea sur Instagram, ainsi que deux joueurs de l’équipe londonienne.

. 2017: dernière prolongation après des mois de tractation

Moins d’un an avant la fin de son contrat, Lionel Messi signe le 25 novembre 2017 sa neuvième et à ce jour dernière prolongation avec le Barça, jusqu’en juin 2021.

Les négociations se déroulent sous tension. L’attaquant Luis Suarez, proche de Lionel Messi, demande que la prolongation se fasse “à tout prix”.

Des propos qui visent implicitement le directeur sportif du club catalan, Oscar Grau, qui préconise lui “bon sens et discrétion”.

“Ce qu’il faut faire, c’est le prolonger, pas faire preuve de bon sens”, rétorque l’attaquant uruguayen en zone mixte en janvier 2017.

Messi obtient un salaire estimé à plus de 70 millions d’euros annuels selon des documents tirés des “Football Leaks”. À cela s’ajoutent une prime à la signature de 63,5 millions d’euros et un “bonus de loyauté” de 70 millions d’euros s’il ne quitte pas le club avant la fin de son contrat.

. 2020: le tacle sur Éric Abidal

Alors secrétaire technique du Barça, le Français Éric Abidal explique en février 2020 que le licenciement de l’entraîneur Ernesto Valverde un mois plus tôt est dû aux comportements de certains joueurs.

“Beaucoup de joueurs n’étaient pas satisfaits et ne travaillaient pas beaucoup”, a notamment expliqué Abidal.

Dans la foulée, Messi suggère à son ancien coéquipier de “donner des noms” dans un post sur Instagram et estime que “ceux en charge de la direction sportive devraient aussi faire face à leurs responsabilités”.

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.