Une grève dans les transports qui commence mardi alourdit un peu plus le climat social en France où le bras de fer entre exécutif et syndicats contestataires sur un projet de loi réformant le Code du travail se poursuit.

Pour la huitième fois depuis début mars, les employés de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) sont appelés à cesser le travail, cette fois-ci pour une grève illimitée, à onze jours de l’ouverture de l’Euro 2016 de football. En jeu, des négociations sur le temps de travail des cheminots, indique l’AFP.

Selon la SNCF, les perturbations dans les transports qui se feront sentir mercredi seront significatives, mais pas paralysantes. 60 % des TGV, 30 à 40 % des trains régionaux circuleront.

À l’international, la SNCF prévoit un trafic normal sur Eurostar (Royaume-Uni) et Alleo (Allemagne), 75 % des Lyria (Suisse) et Thalys et seulement 40 % des Ellipsos (Espagne) et un tiers des trains SVI (Italie).

François Hollande et son premier ministre Manuel Valls ont réaffirmé mardi leur détermination à maintenir leur texte. «Reculer serait une faute politique», a déclaréValls devant les députés socialistes. Le projet «ne sera pas retiré», a aussi réaffirmé Hollande mardi dans le quotidien régional Sud Ouest.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.