Accueil Pure Musique Françoise Hardy ne peut plus chanter, sa vie est devenue un “cauchemar...

Françoise Hardy ne peut plus chanter, sa vie est devenue un “cauchemar “

0
18

La chanteuse de 77 ans publie un nouvel ouvrage, Chansons sur toi et nous, sorti le 10 mars dernier. Dans ce recueil, on retrouve toutes les chansons qui ont fait le succès de l’icône yéyé. L’occasion pour l’artiste de revenir sur cinquante-cinq ans de carrière marqués par des tubes comme Tous les garçons et les filles.

Actuellement en tournée promotionnelle Françoise Hardy a accordé une interview à l’AFP ce mercredi 14 avril. Elle revient sur sa condition physique et le moins que l’on puisse dire c’est que les choses ne vont pas bien pour l’artiste. “Ma vie est devenue un cauchemar, mais il vaut mieux ne pas trop en parler”, avoue-t-elle désespérée.

La mère de Thomas Dutronc s’est battue pendant plusieurs années contre un cancer du pharynx et lorsqu’on lui demande si elle estime inconcevable la sortie d’un nouvel album, sa réponse est très claire : “Totalement. Grâce à 45 séances de radiothérapie, je suis devenue sourde d’une oreille, n’ai plus de salive, mes voies nasales ne sont plus irriguées et mon arrière-gorge non plus, avec tous les problèmes respiratoires, hémorragiques, alimentaires que cela provoque en permanence depuis deux ans.”

Son combat pour l’euthanasie

Un constat terrible pour la femme de Jacques Dutronc (bien qu’ils soient séparés) qui s’est récemment exprimée sur le débat autour de l’euthanasie. “Je suis indignée que la France soit tellement plus arriérée que l’Espagne et le Portugal, des pays aussi ou encore plus catholiques que le nôtre pourtant. Laisser quelqu’un d’incurable avoir des souffrances insupportables jusqu’à ce que mort s’ensuive est inhumain”, indique-t-elle.

Une situation révoltante selon Françoise Hardy qui en veut aux hommes politiques français. “Honte aux députés qui ont tout fait pour empêcher le projet de légalisation de l’euthanasie d’avancer !”, dénonce-t-elle.

L’artiste dénonce depuis plusieurs mois maintenant l’attentisme de l’État français, elle s’est d’ailleurs exprimée à plusieurs reprises sur le sujet. Elle sait que dans sa condition, elle pourrait y avoir recours un jour, au grand dam de son fils.