Françoise Hardy pas touchée par la mort des frères Bogdanoff : “Ils ne m’intéressaient pas !”

0
59

La vaccination contre la Covid-19 est un sujet sensible au sein de certains foyers… encore plus dans l’appartement de Auto-confinée à domicile depuis trois ans, immunodéprimée à cause de ses divers problèmes de santé, dont un cancer du larynx, la chanteuse regrette amèrement de ne pas pouvoir avoir droit à la précieuse seringue, ni pour une dose, ni pour deux, ni pour trois. Alors autant dire qu’elle n’a aucune pitié pour ceux qui sont récalcitrants à l’idée de prendre rendez-vous sur Doctolib ou autre.

Si les réfractaires peuvent vivre confinés, libre à eux de ne pas se faire vacciner

Constater que des gens gravement malades d’un cancer, du coeur ou autres ne peuvent subir l’opération prévue pour les soigner, parce que les non-vaccinés ont envahi l’hôpital… il y a là de quoi perdre patience, regrette Françoise Hardy dans les colonnes du magazine Gala. J’ai une carence lymphocytaire depuis 2015, alors que l’efficacité du vaccin passe par les lymphocytes T. Si les réfractaires peuvent vivre confinés, libre à eux de ne pas se faire vacciner. Mais s’ils veulent vivre normalement, voir des amis, le vaccin est le minimum requis pour se protéger et protéger les autres. On oublie que c’est parce que la vaccination contre la variole a été obligatoire pendant longtemps que cette maladie a pu être éradiquée.

Ceux des frères Bogdanoff ne m’intéressaient pas

Les effets secondaires des 45 radiothérapies qui ont traversé sa tête, ceux d’une immunothérapie qu’elle a subi l’empêche de retrouver un quotidien plus serein. Ce qui explique que Françoise Hardy ne soit pas très sensible aux soucis des personnes non-vaccinées par choix. Questionnée sur la disparition des frères Bogdanoff, morts des suites de la Covid-19 les 28 décembre 2021 – Grichka – et 3 janvier 2022 – Igor – puisqu’ils pensaient être en assez bonne forme pour résister au virus de manière organique, l’artiste assure ne ressentir aucune sorte émotion. “Pourquoi la partagerais-je ? J’ai lu des livres passionnants de Richard Feynman, de Trinh Xuan Thuan, d’Etienne Klein, mais ceux des frères Bogdanoff ne m’intéressaient pas“, rappelle-t-elle. Voilà qui l’aidera, effectivement, à tourner la page plus facilement…

Retrouvez l’interview de Françoise Hardy dans le magazine Gala, n°1493, le 20 janvier 2022.