Future : Son 7e enfant illégitime ? “Un distributeur à billets” pour la mère

0
271

Pour le commun des mortels, un enfant illégitime, c’est déjà trop. Future lui, en aurait sept. Roi incontesté des pensions alimentaires, le rappeur américain est bien décidé à ne pas verser un montant faramineux à Eliza Seraphin, une ancienne partenaire sexuelle qui l’accuse d’être le géniteur de sa fille Dream, née en avril dernier. Il avait porté plainte contre la jeune femme pour “diffamation” et “atteinte à la vie privée” après qu’elle a dévoilé des détails embarrassants de leur vie sexuelle sur les réseaux sociaux pour qu’il reconnaisse son enfant.

Dans de nouveaux éléments apportés par TMZ.com, le 26 février 2020, Future dit qu’Eliza Seraphin utilise la petite Dream “comme un distributeur à billets“. D’après lui, elle aurait surnommé sa fille “check baby” (littéralement “bébé aux chèques”), une expression de rue utilisée pour dire qu’un enfant sert uniquement à rapporter de l’argent.

Pilules de fertilité et machination ?

Dans de nouveaux documents fournis par les avocats du rappeur, il est expliqué que lors d’une conversation avec une amie, Eliza Seraphin aurait cherché à connaître le montant de la pension alimentaire que Future verse aux six mères de ses enfants, pour savoir à combien elle aurait supposément droit. L’interprète de Crushed Up dit également qu’Eliza aurait pris un traitement pour accroître sa fertilité, afin d’augmenter ses chances de tomber enceinte de lui.

Future n’est prêt à lui verser que 450 dollars par mois. Un montant établi grâce à la déclaration de revenus documentée par Eliza Seraphin au tribunal, détaillant ses dépenses mensuelles. D’après l’artiste – dont le tube Life Is Good est numéro 1 des charts –, lui donner un centime de plus lui permettrait simplement de profiter de la situation.

Sans reconnaître officiellement qu’il est le père de l’enfant, Future compte bien obtenir des dommages et intérêts de sa plainte pour “diffamation” et “atteinte à la vie privée”. Le Pensionman du rap game s’appuyait sur le fait qu’Eliza avait diffusé de “fausses rumeurs” le concernant sur le réseau social, comme la fois où elle assurait qu’il avait engagé quelqu’un pour l’assassiner quand il a su qu’elle était enceinte et ne voulait pas avorter. Future disait que ces propos portaient atteinte à son image et lui procuraient une “détresse émotionnelle”.