Gabin, Delon, Bourvil, Belmondo… Les enfants des monstres sacrés du cinéma réunis !

0
135

Jean Gabin fut l’un des monstres du cinéma français, une légende à laquelle la ville de Boulogne-Billancourt où il a vécu et travaillé dans les studios a voulu rendre hommage. Ce mercredi 9 mars s’ouvre L’exposition Jean Gabin au musée des années 30 de la ville. La veille, son fils Mathias Moncorgé était sur place pour inaugurer l’événement et il n’était pas seul. L’homme de 66 ans, bien entouré, s’est retrouvé avec les enfants des autres stars du 7ème art de l’époque de son père parmi lesquels Bourvil, Alain Delon ouJean-Paul Belmondo, à qui il a donné la réplique. Anthony Delon, Lemmy Constantine, Philippe Raimbourg et Paul Belmondo ont donc posé fièrement aux côtés de Mathias Moncorgé. Une réunion inédite qui sentait bon la nostalgie.

Tous se sont rappelés les souvenirs qu’ils ont vécus avec leurs célèbres pères sur des tournages, à commencer par Paul Belmondo : “J’y accompagnais mon père sur les tournages. J’ai un seul souvenir de Gabin, mais il est fort. Il tournait l’Année sainte et mon père, un autre film. Je faisais mes devoirs dans sa loge et Gabin a ouvert la porte. Il m’a demandé si je travaillais bien. J’ai répondu oui…, a-t-il confié au Parisien. Pour mon père, c’était très important que je connaisse l’histoire du cinéma. Il avait des cassettes énormes, un truc qui existait avant même les VHS, il s’était fait une salle de cinéma et me projetait Le jour se lève et Touchez pas au Grisbi”.

Chacun y est allé de sa petite anecdote. Si Paul Belmondo ne s’est pas tourné vers le cinéma, Philippe Raimbourg, fils de Bourvil, l’avait un temps envisagé avant de devenir professeur à l’université : “Mon père ne voulait pas que je devienne acteur. Il trouvait ça trop difficile. On me dit souvent que je suis passé du théâtre à l’amphithéâtre“. Il n’a certes pas la carrière de son père mais le rire, lui, agit comme une piqûre de rappel, rapporte Le Parisien. Tous se sont amusés à évoquer leurs souvenirs de ces figures paternelles qu’ils ont dû partager avec le reste du monde. Une jolie mise en lumière pour des étoiles devenues inoubliables.