Gérard Depardieu accusé de viol : sa victime présumée s’exprime, “Je ne peux plus me taire”

0
29

Continuer à me taire, c’est m’enterrer vivante…

Cela fait un an qu’il est mis en examen. Il travaille pendant que je passe mon temps à survivre. Cette vie m’échappe depuis 3 ans et j’ai envie de vivre sans me renier. Cette prise de parole risque d’être une secousse immense dans ma vie, je n’y gagne strictement rien si ce n’est l’espoir de regagner mon intégrité, ajoute-t-elle. J’aurais peut-être dû attendre, passer par un média, faire ça ‘dans l’ordre’, faire ça ‘bien’, mais continuer à me taire, c’est m’enterrer vivante…“, poursuit-elle.

Charlotte Arnould avait déposé plainte contre Gérard Depardieu à la gendarmerie de Lambesc, dans les Bouches-du-Rhônes, à la fin du mois d’août 2018. La procédure judiciaire ouverte à Aix-en-Provence contre le futur héros du film Maigret (en salles le 6 avril 2022) avait été rapatriée à Paris. Il avait été entendu par la police en audition libre. L’affaire avait été classée sans suite par le parquet de Paris après neuf mois d’enquête, au cours de laquelle plusieurs caméras de vidéosurveillance du domicile de Gérard Depardieu (et lieu des viols présumés) ont été analysés par les policiers du 3e district de la PJ parisienne. Les vidéos leur ont permis de capter ce qu’il s’est passé dans le salon, mais pas dans la chambre. “On y voit, lors de la première rencontre, les deux comédiens discuter, puis le célèbre acteur pratiquer une pénétration digitale à la jeune actrice, avant qu’ils ne montent à l’étage l’un après l’autre, où aucune caméra n’est installée“, expliquent nos confrères du Parisien.

En août 2020, la victime présumée avait obtenu un recours judiciaire en se constituant partie civile, permettant la désignation quasi automatique d’un juge pour relancer les investigations.

Gérard Depardieu, lui, ne s’est exprimé qu’une fois à ce sujet. “Il n’y a pas de preuves, il n’y a rien contre moi et donc je suis sincèrement tranquille. Je ne peux rien faire d’autre que rejeter de la plus nette des façons toutes les accusations, comme je l’avais déjà fait“, a-t-il affirmé auprès du quotidien La Repubblica, le jeudi 25 février 2021. Pour moi, l’enquête était close, je suis innocent et je n’ai pas à avoir peur. C’est pour ça que je suis toujours resté serein et conscient du fait que les accusations sont infondées. J’étais donc préparé et je savais que j’affronterai cette éventualité sans peur et avec confiance en la justice.