Gérard Depardieu : Catherine Deneuve sa “chérie”, sa passion folle pour les actrices

0
90

Entre Gérard Depardieu et les femmes, c’est un roman d’amour… ou d’amitié. Dans les pages de son ouvrage Ailleurs, qui sort aux éditions du Cherche-Midi le 8 octobre 2020, le comédien évoque plus que de raison l’émotion que lui procure la gent féminine. Interrogé par le magazine Elle, il est notamment revenu sur les liens exceptionnels qu’il a tissés, depuis des années, avec Catherine Deneuve. “Quand je lui ai dit qu’elle était l’homme que j’aurais voulu être, elle n’en revenait pas, raconte-t-il. Mais Marcello Mastroianni l’appelait le hussard ! Catherine, je ne pourrais pas vivre sous son toit, mais je sais quand elle a besoin de moi. L’autre jour, je vois ‘appel inconnu’ sur mon téléphone. Alors je hurle : allô quoi ? Et hop, ça raccroche. Et ça rappelle : c’est toi, Gérard ? C’est Catherine, Catherine Deneuve ! Ah ma chérie…

À lire aussi

Les mecs m’emmerdent

Il a un coeur immense. À travers le monde, dont la Russie qu’il aime tant, Gérard Depardieu représente une certaine idée de l’homme français. Un monstre innocent, un franc-parler, une gestuelle brute. Mais n’allez pas croire pour autant qu’on puisse coller à l’acteur l’étiquette de macho. “Je m’entends mieux avec les femmes, précise-t-il. Je suis plus à l’aise. Les mecs m’emmerdent. Avec eux, c’est toujours des histoires de quéquette, de pognon, des rapports de force. Alors que les femmes…” Et cet attrait, il ne l’a jamais mieux déballé qu’en musique.

Ces mots-là, pour moi, sont plus forts que MeToo

S’il décrit aisément la force de ses sentiments pour Catherine Deneuve, Isabelle Huppert ou Isabelle Adjani, Gérard Depardieu a également un truc pour les chanteuses. Quand il monte sur scène pour jouer de sa voix grave, c’est souvent grâce aux femmes. Ses premiers albums ont été écrits par son ancienne épouse – la mère de Julie et Guillaume -, Élisabeth. En 2005, il mêlait ses passions en demandant à Fanny Ardant de parler sur La Bête dans la jungle. Dernièrement, il a chanté Barbara, avec qui il avait collaboré sur Lily Passion en 1986. “Ses textes, c’est magnifique, s’émerveille-t-il. ‘Dis, quand reviendras-tu ?’, cette femme qui attend et qui dit ‘Merde je m’en fous !’. Les chansons qu’elle a écrites sur ses traumatismes, L’Aigle noir, sur le viol, Nantes, sur le pardon qu’elle accorde à son père. Ces mots-là, pour moi, sont plus forts que MeToo…

Retrouvez l’interview de Gérard Depardieu dans le magazine Elle, n° 3903 du 9 octobre 2020.