Accueil Pure Musique Gérard Lanvin : Son fils Manu avoue des “moments houleux” entre eux

Gérard Lanvin : Son fils Manu avoue des “moments houleux” entre eux

0
17

L’histoire de cet album des deux Lanvin, Ici bas, a commencé tout doucement. D’abord le fils, Manu, a invité le père, Gérard, sur un morceau, puis sur un second avant de construire tout un album ensemble, qui sortira le 21 mai.

Une nouvelle aventure dans la vie professionnelle de l’acteur connu pour ses prestations au cinéma dans Marche à l’ombre ou Le boulet. “Manu me permet de m’essayer à un truc que je ne pensais pas possible pour moi”, confesse le père admiratif du talent de son fils, dans Gala ce 14 avril 2021.

Manu, aujourd’hui âgé de 47 ans, se souvient d’une jeunesse heureuse entre Paris et le Médoc et d’un père qu’il considérait comme son héros. “Nos parents le sont toujours un peu, ce sont nos repères”, indique-t-il.

En grandissant, des frictions sont apparues entre les deux. Manu les attribue à ses désirs de liberté. “Il y a eu des moments un peu houleux, une émancipation un peu violente, quand j’ai décidé de quitter la maison avant 18 ans, mais on s’est retrouvés assez vite”, assure-t-il.

Un père très présent pour ses deux fils, Manu et Léo, âgé de 33 ans, qui fait écho à l’enfance plus difficile qu’il a vécu. “Quand j’avais 10 ans, mon père a passé quatre ans en sanatorium. Et à cet âge-là, quatre piges sans ton père, c’est dur, parce que c’est le moment où tu as besoin de lui prouver des choses”, l’acteur de 70 ans.

Gérard Lanvin estime avoir offert l’éducation qu’il souhaitait à ses deux garçons. “Je pense avoir été à la hauteur de mes exigences en matière de paternité c’est à dire montrer l’exemple par rapport aux valeurs humaines, aux valeurs de respect que je défends”, explique l’acteur marié à Chantal Benoist, une ancienne chanteuse disco connue sous le nom de Jennifer.

Bien que les choses se soient en général bien déroulées durant son enfance, Manu pointe tout de même quelques règles de conduite qu’il avait du mal à accepter au début. “Comme regarder les gens dans les yeux quand on disait bonjour ou serrer fermement la main qu’on nous tendait . Gérard a dû me reprendre plus d’une fois là-dessus !, se rappelle le musicien, qui admet reproduire le même schéma avec ses enfants. J’avoue qu’aujourd’hui , avec ma fille, j’insiste aussi pour qu’il y ait un regard franc, un sourire, une posture positive”, partage-t-il.