Gérard Vives papa : “Mes enfants ont peur à chaque fois”

0
192

Mardi 20 août 2019, Gérard Vives a remporté Je suis une célébrité, sortez-moi de là sur TF1. Agé de 56 ans, il s’est dépassé pour La Sapaudia, qui oeuvre pour le don de la moelle osseuse. Résultat, il a remporté 158 000 euros. Le comédien, qui n’a pas caché lors d’un entretien à Purepeople.com que son séjour en Afrique du Sud a parfois été compliqué, a fait une confidence intime à Télé Loisirs.

À lire aussi

Questionné sur sa participation et sa victoire à la célèbre émission de TF1, Gérard Vives a déclaré : “Leur réaction [celle de ses enfants, NDLR] me faisait peur. On est pudiques chez nous mais je pense qu’ils sont contents. En rentrant en France, mes enfants ont pleuré quand ils m’ont vu. J’avais perdu 14 kilos. Ils savent que je suis capable de me faire mal et ça, ça leur fait peur. Ils ont peur à chaque fois. Quand je suis rentré de Fort Boyard, je suis rentré blessé. Ils savent que je suis capable de me mettre en danger…” Une touchante déclaration qui révèle que le sportif quinquagénaire est papa, information qui n’était pas connue du grand public.

Très discret sur sa vie privée, Gérard Vives ne s’est jamais épanché dans la presse. Celui qui a joué de 1993 à 1996 dans la célèbre série Les filles d’à côté et a campé le rôle d’un réceptionniste efféminé de salle de sport a expliqué en 2018 que ce personnage lui a collé à la peau et a laissé une sorte de zone de flou sur sa sexualité. Invité en 2018 dans Off Roads, les routes de l’extrême, émission présentée par Laury Thilleman sur RMC Découverte, il avait fait une rare confidence sur ce sujet très personnel en évoquant ce rôle : “Est-ce qu’il fallait que je dise “c’est un rôle, je suis hétérosexuel” ? Est-ce que ça aurait changé quelque chose ? Je ne sais pas...” Et de poursuivre : “J’ai peut-être eu la naïveté du mec qui arrive dans un milieu qu’il ne connaît pas. Je n’avais pas conscience de tout cela. J’avance très lentement. J’aurais peut-être dû engager un agent pour qu’il me guide dans mes choix. Ça ne s’est pas passé comme ça. Je n’ai jamais calculé. A tort peut-être… D’un autre côté, j’ai continué à bosser.