Grace Kelly : Sa petite-nièce Ginna Le Vine dans ses traces, 70 ans plus tard…

0
164

Les voies du sang sont impénétrables : si Camille Gottlieb, fille cadette de la princesse Stéphanie de Monaco, attire occasionnellement des commentaires pointant une ressemblance avec sa défunte grand-mère la princesse Grace, c’est une de ses cousines qui se prépare à marcher de manière troublante sur les traces de l’ancienne star de cinéma, tragiquement disparue en 1982 dans un accident de la route. 70 ans après, Ginna Le Vine reprend en ce mois de mars 2019 le tout premier rôle de Grace Kelly.

À lire aussi

Grace avait 19 ans en 1949 lorsqu’elle fit ses débuts d’actrice au Bucks County Playhouse, fameux théâtre situé à New Hope près de Philadelphie, dans The Torch-Bearers, pièce que son oncle George Kelly avait écrite en 1923. Deux ans plus tôt, la jeune femme, déterminée à faire carrière dans la comédie malgré les réticences catégoriques de ses parents (en particulier celles de son père John), avait justement présenté une scène extraite de cette même pièce pour son audition à l’Académie américaine des arts dramatiques à New York, où elle avait ensuite pu être admise, bien aidée par l’influence de George.

Deux générations plus tard, Ginna Le Vine, petite-nièce de Grace Kelly, va reprendre son rôle dans cette farce sur une troupe de théâtre amateur qui sème le chaos sur les planches et va jouer à son tour dans The Torch-Bearers pour deux dates, le 11 mars à Manhattan et le 13 au Bucks County Playhouse, a révélé le New York Post.

“Grace Kelly fait partie de ma famille, je n’ai pas honte” (Ginna Le Vine)

Benjamine des trois enfants de Christopher Le Vine (et sa femme Victoria), lui-même fils unique de Lizanne Kelly (soeur de Grace décédée en 2009) et cousin germain du prince Albert (dont il fut le témoin de mariage), Ginna Le Vine, 25 ans, a contracté très jeune “le virus de la comédie” et, comme sa regrettée grand-tante avant elle, a bravé le peu d’enthousiasme de ses parents pour poursuivre son rêve de faire carrière comme actrice, indiquait déjà en 2016 Town & Country dans un long sujet consacré à la famille. Dans le cadre de son reportage, la chic revue avait pu passer du temps avec Ginna, qui s’apprêtait à passer une audition le lendemain, et faire connaissance avec cette jeune blonde apparemment très charismatique : “Gracieuse et agréable, avec un visage en forme de coeur et des yeux verts qui pétillent, l’esprit solaire d’une fille de Californie, et qui dégage une concentration organisée, une énergie nerveuse et un côté un peu fofolle qui fait son charme“, écrivait le journaliste Michael Callahan, visiblement conquis par cette jeune femme qui serait, à l’en croire, “les trois filles de Friends réunies habilement en une seule“.

Une enfance privilégiée avec cours de ballet, de patinage artistique et de gymnastique ; un peu plus tard, des sports plutôt virils, comme le foot et le lacrosse ; puis des cours de comédie à Londres qui l’ont sans doute bien aidée à se forger un caractère de “gladiatrice” des planches et à décrocher le rôle phare de Maria dans la production de West Side Story montée par son lycée. Elle aurait pu aller à Yale, admise à la très prestigieuse fac, ce qui aurait très certainement fait le bonheur de son papa, mais non, pas de concession à sa passion : direction l’école d’art dramatique Carnegie Mellon School of Drama, où sa filiation n’est guère restée secrète mais où son travail a payé et lui a permis d’acquérir une certaine légitimité. “Je veux mériter tout ce que j’obtiens et je veux me construire ma propre carrière par mon travail“, revendique l’intéressée, dont la soeur, Kelly, a réussi comme costumière à New York et qui a une cousine metteur en scène à Philadelphie – c’est dans les gènes. “Cela étant, je n’ai pas honte. Grace fait partie de ma famille. C’est tout simplement un fait, constitutif de qui je suis“, poursuit-elle, consciente que le jour où sa carrière décollera, cette information-là sortira au premier plan. On n’en est pas encore là : à ce jour, son CV artistique demeure léger, comprenant pour l’essentiel des apparitions mineures dans les séries The Good Wife (en 2012) et Blue Bloods (en 2017). Cette année, elle doit faire par ailleurs un passage sur le grand écran, présente au casting du film The Sunlit Night porté par Gillian Anderson et Zach Galifianakis. Grace Kelly avait, elle, 23 ans lorsqu’elle se révéla au cinéma, dans la peau de l’épouse de Gary Cooper pour Le Train sifflera trois fois.