Grégory Montel (Dix pour cent) : Sa célèbre femme “ne le supporte plus”, révélation sur son couple

0
108

Après avoir récemment brillé dans la série Rebecca sur TF1, Grégory Montel est cette fois de retour au cinéma pour non pas un mais deux films. En effet, l’acteur est à l’affiche de Rose d’Aurélie Saada depuis la semaine dernière et de Chère Léa de Jérôme Bonnell depuis ce mercredi. Deux longs-métrages tournés à Paris mais pourtant, Grégory Montel est un homme du Sud, né à Digne-les-Bains, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Une petite ville qui est toujours dans son coeur et pour laquelle il s’investit autant qu’il le peut.

D’ailleurs, il y a quelques années, Grégory Montel a racheté le cinéma désaffecté dans le centre-ville nous apprend Libération qui lui a consacré un portrait dans son édition du 15 décembre 2021. Depuis, il tente d’en faire un lieu attractif et social “à la programmation ambitieuse“. Et le tout de façon bénévole ! Ainsi, “il dépense une bonne partie de son temps libre dans ce projet“, lit-on. Ce qui n’est pas pour plaire à tout le monde. “Je suis à deux doigts du burn-out, je dois prendre des vacances. Ma femme me supporte plus“, a-t-il lâché à nos confrères, en parlant de la comédienne Marine Danaux qui partage sa vie et avec qui il a eu deux enfants.

Les locaux de sa commune d’enfance ne voient pas forcément non plus d’un très bon oeil son implication pour Digne-les-Bains et les changements qu’il apporte avec lui. Et pour cause, à leurs yeux, Grégory Montel est devenu un vrai parisien. “Même s’il est de retour avec les meilleurs intentions du monde, pour ceux qui sont restés, c’est trop tard. Il est parti, ça ne s’oublie pas“, rappelle Libération.

Il est vrai que Grégory Montel s’est installé dans la capitale il y a maintenant vingt ans pour poursuivre ses rêves. Et s’il a déjà une bonne carrière derrière lui, ce n’est que depuis ces dernières années, grâce à à la série Dix pour cent, qu’il s’est fait une place dans le coeur des Français, au moment de passer le cap des 40 ans. Une percée survenue sur le tard pour le comédien et ce n’est pas plus mal selon lui. “À 25 ans, je me détestais physiquement. Je suis beaucoup mieux dans ma peau à 45. Je vieillis, j’ai ma barbe, mon nez est moins proéminent : si je suis plus désirable, ce n’est pas que le succès“, estime-t-il. Et du succès, Grégory Montel en a : “les propositions s’accumulent, même venues de l’étranger. Il vient de tourner une série anglaise à Prague et passe des essais pour Netflix.