Harry Potter et les Reliques de la mort : Pourquoi Hagrid ne pouvait pas mourir

0
117

Hedwige, Dobby, Albus Dumbledore, Sirius Black… La romancière J.K. Rowling n’avait pas hésité à torturer les coeurs des millions de fans d’Harry Potter à travers le monde en tuant certains des personnages les plus populaires de son univers magique. Mais, par chance, elle avait épargné le géant Hagrid. Pourquoi cela ?

À lire aussi

Au fil de ses rencontres avec des fans, J.K. Rowling a été suppliée de ne pas tuer tel ou tel personnage lors de l’ultime récit d’Harry Potter (incarné à l’écran par l’acteur Daniel Radcliffe). Interrogée par la presse britannique, la richissime romancière de 54 ans avait révélé que sa soeur Dianne lui avait fait des menaces. Au début de la lecture des Reliques de la Mort, elle lui avait déclaré : “Si Hagrid meurt, je ne te le pardonnerai jamais.” Des menaces déjà formulées quelques années plus tôt, au début de la folle aventure du célèbre sorcier à la cicatrice sur le front. “Mais ce n’est pas pour elle que je l’ai gardé en vie. Je suis obligé de prétendre que si comme ça j’aurai sans doute de meilleurs cadeaux à Noël“, avait blagué l’écrivaine.

J.K. Rowling avait de toute façon prévu de garder le personnage d’Hagrid en vie jusqu’à la fin. Un sort heureux qu’elle avait en tête depuis toujours. “Je n’ai jamais eu l’intention de le tuer. Son rôle dans l’histoire était très significatif. Hagrid emmène Harry chez les Dursley. Il l’emmène ensuite dans le monde magique… Il était quelque part entre son ange gardien et son mentor… Et donc je voulais que ce soit Hagrid qui soit celui qui emmène Harry hors de la forêt [lors de la bataille de Poudlard, NLDR], avait-elle ajouté en interview.

Sorti sur les écrans en 2011, Harry Potter et les Reliques de la mort partie 2 réalisé par David Yates, a été le plus grand succès commercial de la saga avec 1,3 milliard de dollars de recettes au box-office mondial.