Harvey Weinstein “n’a pas de testicules” : nouveau témoignage glaçant au procès

0
219

Les témoignages des victimes d’Harvey Weinstein se poursuivent. Après celui décisif de la star de la série Soprano, Annabella Sciorra – essentiel pour comprendre en quoi l’ancien producteur agissait tel un véritable prédateur – Jessica Mann est à son tour passée à la barre.

À lire aussi

Vendredi 31 janvier 2020, depuis le 15e étage du tribunal de Manhattan, la jeune femme aujourd’hui âgée de 34 ans est revenue sur ses premières rencontres avec Harvey Weinstein survenues entre fin 2012 et début 2013. Elle a décrit ces premières interactions avec le producteur et le mélange de séduction, d’humiliations et de manipulation auquel l’aurait soumis Harvey Weinstein. Selon elle, la relation a basculé le jour où il lui a demandé de la masser dans la chambre d’un hôtel de Los Angeles, et qu’elle a accepté. “Il me faisait me sentir stupide, en disant que ce n’était pas grand-chose“, a-t-elle raconté.

J’étais paumée

Plus tard, alors qu’elle était en compagnie d’une assistante du producteur, il l’a attirée dans une chambre et a tenté de l’embrasser. Elle s’est défendue, a résisté verbalement mais il est parvenu à lui faire un cunnilingus. “J’ai commencé à feindre un orgasme pour me sortir de là“, avant de parvenir à quitter les lieux, a-t-elle assuré. “J’étais paumée“, a-t-elle dit sur la suite de ses rapports avec le magnat de la Weinstein Company. “J’ai décidé d’avoir une relation (suivie) avec lui, a-t-elle poursuivi. C’était extrêmement dégradant.” Harvey Weinstein a été de plus en plus loin, lui imposant des parties à trois, lui urinant dessus, lui lançant : “Tu aimes ma grosse bite juive ?” Décrivant l’hygiène déplorable du producteur – “il sent la merde, pardon” – la plaignante a également déclaré : “Il n’a pas de testicules. Quand je l’ai vu nu pour la première fois, j’étais pleine de compassion.” Jessica Mann n’avait pourtant qu’un rêve en tête, celui de devenir une actrice connue.

Pour tenter sa chance à Hollywood, elle avait quitté son village natal de l’Etat de Washington, où elle avait été élevée dans le respect de la religion protestante et s’était brouillée avec son père.

Quelques semaines plus tard, en mars 2013, alors qu’elle était désormais en couple avec un autre homme, Harvey Weinstein l’a piégée dans un hôtel de Manhattan et l’a emmenée de force dans une chambre pour la violer. Elle n’en a rien dit à personne. “J’avais peur d’Harvey, a-t-elle affirmé. Je pensais qu’il allait faire du mal à mon père.” Elle a aussi dit avoir voulu protéger son petit ami, un acteur “plutôt connu” dont elle n’a pas révélé l’identité.

Avant même le début du procès, la défense avait produit plusieurs courriers électroniques envoyés par Jessica Mann longtemps après le viol, dans lesquels elle reconnaissait, selon le camp Weinstein, une relation “consensuelle et intime“. Ces messages, a-t-elle assuré vendredi, étaient également dictés par la peur.