Héritage de Johnny Hallyday : David “soulagé”, Sylvie Vartan pour un apaisement

0
155

L’épineux dossier concernant l’héritage de Johnny Hallyday a connu une nouvelle avancée le 28 mai 2019. Après deux mois de délibération, le tribunal de grande instance de Nanterre a enfin rendu sa décision, s’estimant compétent pour juger le litige qui oppose Laeticia Hallyday, Laura Smet et David Hallyday depuis plus d’un an. “La résidence habituelle de Jean-Philippe Smet (…) est en France” et non aux Etats-Unis, a jugé le tribunal. Cette décision n’est qu’une première étape dans ce feuilleton judiciaire qui dure depuis plus d’un an et qui n’est pas prêt de se terminer avant des mois, voire des années.

À lire aussi

A l’annonce de la nouvelle, Me Ardavan Amir-Aslani, l’avocat de Laeticia Hallyday, a fait savoir que sa cliente va faire appel de cette décision. Ce dernier a également fait savoir que la dernière épouse de Johnny Hallyday reste “digne et courageuse” dans cette affaire. Dans le camp adverse, Me Emmanuel Ravanas, l’un des avocats représentant Laura Smet, a fait part de sa satisfaction, indiquant que sa cliente n’a pu retenir ses larmes lorsqu’il a communiqué la décision du TGI de Nanterre.

Un peu plus tard, Me Pierre-Jean Douvier, l’avocat de David Hallyday s’est exprimé à son tour sur BFMTV. “Il est soulagé que la justice ait fait son oeuvre, a-t-il déclaré. Il a appelé sa soeur dès qu’il a appris sa décision. Il était important pour lui que son père soit reconnu comme un artiste et comme résident français. Pour lui, pour ses fans, pour la mémoire de son papa, pour son oeuvre et pour sa famille – il inclut dans sa famille ses deux soeurs Jade et Joy – il est très heureux que la justice française ait fait son oeuvre.”

Installée à Los Angeles depuis plusieurs années, Sylvie Vartan n’a pris connaissance de la décision du TGI de Nanterre que plusieurs heures plus tard en raison du décalage horaire. La chanteuse de 74 ans, mariée de 1965 à 1980 à Johnny Hallyday et mère de David, a réagi via son avocat Me Roland Perez, auprès du Parisien. “Elle a toujours eu confiance dans la justice française et trouve cette décision juste et sage“, a-t-il expliqué. “Sylvie estime que ce jugement n’est qu’une première étape et que l’affaire est loin d’être terminée. Elle espère que cela va inciter les différentes parties à aller vers un accord, comme les invite d’ailleurs le tribunal à la fin de son jugement. Elle souhaite qu’un apaisement soit vite trouvé. Ce serait bien pour tout le monde, y compris les petites filles“, a-t-il ajouté, faisant ici référence à Jade (14 ans) et Joy (10 ans) les deux filles de Laeticia et Johnny Hallyday.