Heurts frontaliers: la Chine libère 10 soldats indiens (médias)

0
91

La Chine a libéré jeudi dix soldats indiens faits prisonniers lors d’un accrochage meurtrier dans l’Himalaya entre les armées chinoise et indienne, à la frontière des deux pays, ont annoncé plusieurs médias vendredi.

Ces libérations interviennent après des discussions entre les deux parties destinées à apaiser la tension après la confrontation de lundi.

Des militaires des deux géants asiatiques s’étaient affrontés dans un corps-à-corps d’une extrême violence, à coups de poings, pierres et barres de fer, dans une vallée de l’Himalaya, à la frontière contestée entre les deux pays.

L’Inde a fait état de victimes “des deux côtés” dont 20 soldats tués dans ses rangs. La Chine a refusé de confirmer des pertes, mais des médias indiens ont affirmé qu’au moins 40 soldats chinois avaient été tués ou grièvement blessés.

Les dix soldats indiens ont été libérés jeudi soir, selon plusieurs médias dont l’agence de presse Press Trust of India.

“Il est établi désormais que plus aucun militaire indien ne manque à l’appel”, a déclaré l’armée indienne dans un communiqué. Le gouvernement, pour sa part, n’a fait aucun commentaire.

Selon le journal The Hindu, un accord sur la libération des soldats a été trouvé lors de discussions entre responsables de haut-niveau des armées des deux pays.

L’accrochage de lundi est le premier heurt meurtrier depuis 45 ans entre les puissances nucléaires voisines. Les deux pays se sont rejetés publiquement la responsabilité des heurts et disent vouloir une résolution pacifique de la crise.

Des milliers de personnes ont assisté jeudi aux funérailles de certains des 20 soldats indiens tués. Des appels à boycotter les produits chinois ont été lancés et des drapeaux chinois ainsi que des portrait du président Xi Jinping ont été brûlés dans au moins deux villes.

Dix-huit militaires indiens grièvement blessés restent hospitalisés, selon l’armée indienne.

Le gouvernement indien avait dénoncé mercredi une “action planifiée et préméditée” de la Chine susceptible d’avoir de “graves répercussions” sur les relations entre les deux pays les plus peuplés du monde.

“La partie indienne ne doit pas se méprendre (…) et sous-estimer la ferme volonté de la Chine de défendre sa souveraineté territoriale”, a indiqué de son côté le ministère chinois des Affaires étrangères.

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.