Connect with us

Hyperthyroïdie : comment reconnaître la maladie de Basedow ?

Pure Santé

Hyperthyroïdie : comment reconnaître la maladie de Basedow ?

La maladie de Basedow est à l’origine de plus de 60% des hyperthyroïdies. Causes, symptômes, traitements… On fait le point sur cette maladie auto-immune touchant principalement les femmes.

La thyroïde est une glande située au niveau du cou, synthétisant plusieurs hormones nécessaires à la régulation du métabolisme de nos cellules. Diverses maladies peuvent entraîner une sur-production de ces hormones thyroïdiennes. C’est le cas de la maladie de Basedow qui est la forme la plus courante d’hyperthyroïdie. D’origine génétique, elle touche 1% de la population et apparaît généralement entre 20 et 40 ans. C’est une maladie qui concerne essentiellement les femmes (8 malades sur 10).

Sur le même sujet

10 questions clés sur les troubles thyroïdiens

Que se passe-t-il dans le corps ?

Au cours de cette maladie auto-immune, le système immunitaire va produire des anticorps dirigés contre la thyroïde. Ces derniers vont stimuler de manière trop importante la glande, qui va alors produire des hormones en trop grandes quantités. Ce qui distingue cette maladie des autres formes d’hyperthyroïdie est son irrégularité. Des phases de poussées et de rémissions s’alternent de façon imprévisible.

Quels sont les symptômes de la maladie de Basedow ?

Les hormones fabriquées par la thyroïde permettent de réguler le rythme cardiaque, les cycles menstruels ou encore la consommation de calories ou d’oxygène par les cellules. En ce sens, une sur-production de ces hormones entraîne de nombreuses conséquences, comme si le corps était en sur-régime. La maladie de Basedow étant une forme courante d’hyperthyroïdie, elle en possède donc tous les symptômes :

  • fatigue et faiblesse musculaire
  • perte de poids
  • transpiration excessive
  • soif importante
  • accélération du rythme cardiaque et/ou palpitations
  • intolérance à la chaleur
  • tremblements
  • diarrhées

Cependant, ce qui lui est propre est l’augmentation du volume de la thyroïde et donc l’apparition d’un « goitre ». Il peut également s’opérer une exophtalmie, soit le gonflement des yeux et la sortie du globe oculaire hors de son orbite. Les yeux peuvent être aussi rouges et larmoyants.

Quels examens permettent de poser le diagnostic ?

Pour diagnostiquer la maladie de Basedow, le dosage sanguin des hormones de la thyroïde, ainsi que des anticorps, est généralement suffisant. En l’absence de goitre ou d’exophtalmie, des examens complémentaires comme une scintigraphie thyroïdienne et une échographie peuvent être réalisées.

Quels sont les traitements qui existent ?

La maladie de Basedow ne se guérit pas mais heureusement, des traitements existent pour réduire la sévérité et la fréquence des symptômes. La première solution est la prise de médicaments antithyroïdiens pour bloquer la production d’hormones thyroïdiennes. Le traitement dure entre 12 à 18 mois avant une diminution progressive des prises médicamenteuses. Il peut être repris en cas de récidive, auquel cas, un traitement un peu plus radical peut alors s’opérer :

  • l’ablation de la thyroïde, ou thyroïdectomie : cet acte chirurgical nécessite de prendre, à vie, des hormones thyroïdiennes.
  • l’iode radioactif : il est utilisé pour détruire les cellules de la thyroïde. Là encore un traitement à vie s’impose.

Le choix du traitement se fera avec le médecin, en fonction de l’âge du patient, ces antécédents, le nombre de récidives ou des contre-indications éventuelles.

More in Pure Santé

To Top